- Kill Me Sarah - http://kmskma.free.fr -

903 A new year : après (Godspeed You Black Emperor!)

Posted By KMS On 25 janvier 2015 @ 19 h 08 min In En attendant la fin du monde | Comments Disabled

Godspeed You Black Emperor! [1] : F# A# ∞ 1997

Image de prévisualisation YouTube [2]

“The car is on fire, and there’s no driver at the wheel”

Je voulais commencer par un silence. Pas celui de la minute de, le silence de la consternation. Le silence de l’angoisse. Le silence de la peur. C’est difficile à écrire le silence, je ne sais pas si vous avez remarqué. On peut mettre des espaces mais ça ne ressemble à rien des espaces. Ça ressemble à du vide. Mais le vide n’est pas le silence.

Je voulais commencer par un silence. Un vrai silence. Tellement rare de nos jours. Ce sont les … qui finalement expriment peut-être le mieux le silence. Parce que les … ont une présence, comme le silence.

Un silence. Pesant. Le silence de l’impuissance. Le silence des larmes intérieures. Le silence de l’incompréhension. Se dire que la chute, déjà entamée depuis quelques années, s’accélère à nouveau. Je vieillis et j’ai peur et j’ai peur parce que je vieillis et, en même temps, je ne sais que je n’ai pas peur. La peur de l’avenir. Pas du présent.

Par moment, c’est l’impression de manquer de souffle. Comme d’être en apnée. Mais le corps fonctionne normalement, c’est l’esprit, juste l’esprit, qui s’évanouit.

Et ce vide, grandissant, l’hébétude du vide. En expansion. Le vide de nos terreurs sourdes. Indicibles. Celles endormies, réveillées brusquement. L’impression que tout est perdu d’avance.

Alors, tout s’apaisera, presque, comme avant. Peut-être. Est-ce que les peurs sont solubles dans les habitudes du quotidien? Dans le banal?

Reste la crainte de l’effet cliquet. De ne plus pouvoir revenir en arrière. D’attendre passivement les degrés supplémentaires de l’horreur. Comme si la machine infernale était en route, inexorable.

Je ne sais plus comment tourner les mots, laisser les pensées s’échapper, ouvrir la soupape de sécurité. C’est la sensation d’être perdu qui domine. Comme disait Kerouac sur la route, je n’avais rien à offrir, à part ma propre confusion.

Il faudrait arriver à se fermer totalement au monde extérieur. Rester dans sa bulle, dans une sensation illusoire de confort et de, relative, sérénité. Ou tourner en rond dans la pièce jusqu’à l’aliénation.

Il a fallu du temps, pour à nouveau entendre la musique. Elle n’avait pas disparu mais semblait lointaine. Ailleurs. Perdue. J’ai fini par me réfugier chez les canadiens. Un souvenir de détresse. D’isolement. Et de train qui passe.

« We woke up one morning and fell a little further down
For sure it’s the valley of death
I open up my wallet
And it’s full of blood »


Article printed from Kill Me Sarah: http://kmskma.free.fr

URL to article: http://kmskma.free.fr/?p=8003

URLs in this post:

[1] Godspeed You Black Emperor!: http://www.brainwashed.com/godspeed/

[2] Image: http://www.youtube.com/watch?v=XVekJTmtwqM

Copyright © 2010 Kill Me Sarah. All rights reserved.