167 Fear of music

26 février 2007 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

167 Fear of music : Scott Walker : Cossacks Are (Album : The Drift 2006)

Peut être qu’après on devrait s’excuser. C’est comme d’écouter Mahler au crépuscule et ses chants angoissés. Des paysages charismatiques aux effluves délétères montant vers le ciel comme ces feuilles géantes indomptées d’arbres tropicaux luxuriants. Tracer des noms avec un morceau de bois, sur le sable d’une crique entourée de rochers sombres, avec les vagues à l’écume acérée, menaçantes sous le ciel en extinction. Tracer des noms éphémères qu’on voudrait parfois éternels. Des noms déjà morts comme ces étoiles, lucioles de l’espace.
Le frissonnement des violoncelles comme des lames sous la peau.
On a oublié tout ça.
La lune dans les rochers comme les craquements des coquillages sous les pieds. La nuit. Simplement.
On savait peut être qu’au loin là bas, la vague lueur c’était comme du temps arrêté. Le silence en mouvement. Trop loin. Ca faisait peur. Comme des cris de goules annonçant des menace plus précises avec leurs guenilles moisies.
On errait la pupille dilatée à la recherche de vagues souffles de lumière évanouie. Pour voir arriver le vent sauvage, chargé comme les mules des contrebandiers sur la crête, près de la frontière là-bas derrière, trop loin pour l’oublier.
C’est là qu’on a cru voir danser les nuages, dans un sabbat grondant et que les vagues ont effacé les mots péniblement tracés. C’était comme d’ouvrir les yeux dans un cauchemar. Dans le silence assourdissant de la musique.

Catégorie : Vieilleries

Comments are closed.