164 Week-end à Zuydcoote (ou presque)

19 février 2007 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

164 Week-end à Zuydcoote (ou presque) : Marvin Gaye : Inner city blues (Album : What’s going on 1971)

J’ai voulu voir Ostende et on a vu Ostende (air connu).
En fait, on ne s’est même pas arrêté. Je crois que j’espérais croiser dans les rues d’Ostende le fantôme de Marvin Gaye ou quelque chose d’approchant. J’ai parfois le tourisme musical. Oui mais voilà. On ne s’est même pas arrêté. Il faut dire qu’arriver à Ostende par la route de la côte, en venant de Nieuwpoort est un spectacle quelque peu hallucinant. Il y a d’abord cette route totalement rectiligne, parallèle à la mer, coincée à droite entre les grillages protégeant les dunes et les bunkers de la dernière guerre aux canons toujours pointés vers la mer, et à gauche, les caténaires de la ligne de tram allant jusqu’à Knokke Le Zout (Même si un jour à Knokke-le-Zoute, Je deviens comme je le redoute, Chanteur pour femmes finissantes… chantait Brel), avec au loin, envahissant petit à petit l’horizon, d’énormes barres monolithiques de logements face à la mer.

                                                        Cliquez donc sur la photo…

En longeant par l’arrière ces barres bétonnées inhumaines, j’ai eu l’impression d’arriver dans une de ces stations balnéaires de la mer noire ou baltique réservées aux apparatchiks Brejneviens. Terrifiant. Sans parler de la vision de l’hippodrome et du casino Kursaal en style néo-classique. A Ostende Tout me navre chante Bashung. On le comprend. J’ai eu l’impression de me retrouver dans l’ancienne Union Soviétique trente ans plus tôt, avec l’oppressante sensation d’écrasement de tous ces bâtiments. Je me suis dit qu’il devait vraiment être perdu pour s’échouer ici Marvin Gaye. Ou bien avait-il trouvé un havre de paix vers le centre ville, d’autres quartiers peut être plus accueillants. Mais quand on a vu le panneau Bruges 36km au rond-point on n’a pas hésité.
Tant pis pour le fantôme de Marvin Gaye. Bruges est tellement belle avec ses canaux miroirs, ses vieilles rues sinueuses et pavées, ses maisons de couleur aux façades en escalier. L’impression d’avoir une nouvelle fois changé de monde sauf que celui-ci est apaisant. Je me serais bien vu dans une de ces maisons, avec mon bureau dans une pièce en avancée sur un des canaux intérieurs, avec la vue sur un des ponts. Quelque chose comme ça. A regarder à la nuit les lumières se refléter dans l’eau en écoutant des disques de Marvin Gaye

Catégorie : Vieilleries

Comments are closed.