163 Parenthèses désenchantées

15 février 2007 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

163 Parenthèses désenchantées : Nina Simone : Strange fruit (Album : Pastel blues 1965)

(L’annulation de la dette de Balkany (230 000 €)(une paille)(abus de biens sociaux quand même)(pas grave il est de droite n’est il pas) sans que personne ne hurle au scandale, à peine si l’information est reprise.)
(A ma grande surprise, pas un seul journaliste n’a seulement envisagé de demander à Nicolo Sarkozy le coût de son programme électoral avant que tous ne se mettent à pousser des cris d’orfraies à la lecture du programme de Ségolène alors que celui de Sarko n’est qu’incohérences populistes (quand même un type qui annonce vouloir drainer les voix de l’extrême droite tout en se réclamant de Jaurès et des travailleurs tout en prônant un libéralisme économique Médèfien ça ne choque personne?) et est tout aussi coûteux et irréalisable dans son ensemble (même son propre camp est obligé revoir ses promesses à la baisse). Tous ces journalistes asservis seraient-ils tellement certains de l’éventuelle victoire de Sarkozo pour lui faire les pompes de la sorte?)
(Je ne crois que je ne supporte plus l’arrogance méprisante de tous ces zélés zélotes de Nicolu Sarkozescu et de la droite uhempienne en général. L’avenir promis par ce type me fait peur… finalement il a raison Johnny de vouloir devenir Belge…)

Et puis à quoi bon… La lassitude finit par l’emporter. Les années à venir risquent d’être d’une tristesse sans fond. Hier matin, bloqué sur l’autoroute, je regardais les feux rouges des voitures dessinant une longue ligne sinueuse sous la pluie, comme des poulets sur un tapis roulant les emmenant à l’abattoir. Je me disais il faut quitter la ville, il faut partir, quitter ce gris, cette asphyxie. Comment peux t’on continuer à vivre comme ça. Il faut quitter la ville. Se mettre au vert.
Est-ce ainsi que les hommes vivent écrivait Aragon, tout est affaire de décor.
On va aller voir la mer…

Catégorie : Vieilleries

Comments are closed.