156 Sun time

29 janvier 2007 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

156 Sun time : Nusrat Fateh Ali Khan : Ali Maula Ali Maula Ali Dam Dam (Album : Devotional songs 1992)

« A ceux qui pensent que mes peintures sont sereines, [je dois dire] que j’ai enfermé la violence la plus extrême dans chaque centimètre carré de leur surface. Bien que je ne me sois pas servi des moyens physiques d’émotion et de mouvement… Car c’était ainsi l’unique chemin par lequel je pouvais atteindre la plus grande intensité: le tragique irréconciliable de la violence qui gît à la base de l’existence humaine et de la vie de tous les jours, qui a affaire avec elle. »
Mark Rothko in Rothko. Une absence d’image : lumière de la couleur de Youssef Ishaghpour.

« Et tu laisses ton regard se perdre dans la lutte de ce jaune violent qui gronde derrière, impatient de crever ce rouge, cet orange, comme une force tellurique. Comme une lumière trop longtemps assoupie, déchirant l’horizon de sa clarté… »
KMS 04/2005

Je m’autocite. Mauvais signe. C’est peut être juste le besoin de lumière. Ou le comble de la vanité. J’ai repensé à ce tableau aujourd’hui. Je voulais mettre cette chanson fabuleuse de Nusrat Fateh Ali Khan sur Killing Me Softly et puis je n’ai pas eu envie qu’elle disparaisse dès demain. Comment se fait l’association entre l’image et le son, cela me fascinera toujours, mais j’ai entendue cette musique en regardant ce tableau. Peut être parce que la musique Qawwalî est une musique jaune. Les musiques sont colorées, irisées ou monochromes parfois.

Les couleurs des musiques sont étranges. Elles flottent entre les notes, suivant l’angle d’écoute elles peuvent varier. C’est ce qui fait leur charme. Mais cette musique est jaune, jaune safran. Ca explique tout. C’est peut être aussi parce que cela fait bien longtemps que je n’ai pas vu le soleil se lever, avec cette explosion de lumière dans le ciel clair, comme le jaune déchire l’horizon sur cette toile.

Catégorie : Vieilleries

Comments are closed.