880 Caroline dit : Tu ne me parles plus (Nick Cave)

21 février 2013 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

Nick Cave & the Bad Seeds : Higgs Boson Blues (Push the Sky Away 2013)

Adobe Flash Player

Caroline dit en tapotant son verre de son ongle rouge :
— Tu me négliges, tu ne me parles plus.
— Si. La preuve. Je ne répondrais pas sinon.
Caroline dit, fronçant les sourcils :
— Tu parles. Enfin non justement. Tu réponds mais tu ne parles pas. Ce n’est pas la même chose. Mets nous un disque en attendant.
— Ça je le fais toujours.
Caroline dit :
— Tu n’écris plus c’est pour ça que tu ne me parles plus.
— Oui. Pour l’écriture. Je ne sais pas trop pourquoi. Plus motivé. Ça fait trop longtemps que je raconte les mêmes choses. Je le suis le premier à m’en être lassé. Et puis je vieillis. Ou je ne sais pas.
Caroline dit levant les yeux au plafond :
— L’âge c’est le prétexte idéal à la fainéantise.
— Peut-être. J’ai la tête ailleurs aussi.
Caroline dit, tournant la tête :
— A qui? Mais qu’est-ce que tu me fais dire?
— Rien, c’est toi qui me fait parler.
Caroline dit :
— Ça devient compliqué-là. L’écriture alors? Vas-y explique.
— Le manque d’inspiration. Au bout d’un moment. Cette impression persistante de tourner en rond. De répéter les mêmes histoires, de délayer la même nostalgie, le même passé.

Caroline dit :
— L’inspiration ça se travaille. Pense au présent. Et ce disque?
— Tu veux dire que si j’écrivais plus j’écrirais plus? Ça me parait assez logique remarque.
Caroline dit :
— Te fous pas de moi, tu as parfaitement compris.
— Certes. Tiens je vais mettre un chanteur qui écrit ça sera déjà ça.
Caroline dit en se levant :
— Et pourquoi pas un écrivain qui chante?
— Ah. Style Houellebecq? Il était bien son disque mais il ne chantait pas vraiment. Ou Cohen, il écrivait avant de chanter.
Caroline dit :
— Oui tu me l’as raconté il y a longtemps, tu sais, quand tu me parlais encore. Et Houelleberk me dégoûte un peu. Il parait qu’il pue. Alors qui?
— Tu tiens ça d’où? Je vais mettre le dernier Nick Cave. Il y aurait Dominique A aussi mais je n’ai rien lu de lui.
Caroline dit, une clémentine à la main:
— Celui qui chante la chanson où il dit qu’il aime les fesses de sa copine?
— Oui, mais elle n’est pas de lui cette chanson, c’est une reprise d’un groupe Belge obscur. Remarque le dernier Nick Cave fait aussi dans la fesse un peu. Sur la pochette. Même si on ne les voit pas.

Caroline dit, attrapant la pochette :
— Ah oui je vois pourquoi tu as choisis celui-là… Il écrit Nick Caverne?
— C’est sa femme sur la pochette, la fille nue. Très jolie d’ailleurs. C’est marrant que tu dises Nick Caverne, ça me fait penser à un vieil ami Irlandais qui l’appelait toujours comme ça. Il a écrit deux bouquins.
Caroline dit :
— Ton ami Irlandais? Et Tom Waits il n’a pas écrit de livres? En fait j’ai envie d’écouter Tom Waits.
— Mais non, Nick Caverne comme tu dis. Pas de bouquin pour Tom Waits. C’est dommage note bien. Je suis certain que ça aurait de la gueule et du style. Une sorte de Bukowski pastoral sous acide. Avec des monstres. Mais là on va mettre Nick Cave.
Caroline dit, épluchant sa clémentine :
— Tu as décidé de me contrarier, c’est déjà ça remarque. Alors ses livres à lui c’est quoi?
— Une histoire d’âne et d’ange mais je ne l’ai pas encore lue. Et puis la Mort de Bunny Munro, l’histoire d’un loser priapique, représentant de commerce flanqué de son gosse dans une sorte de road trip de troisième zone après le suicide de sa femme.
Caroline dit d’une moue dubitative :
— Je ne suis pas certaine que ça fasse envie ta description. J’ai dû le voir dans tes piles de livres, Bunny Munro, une couverture avec un lapin.
— C’est ça. Probablement ce qu’il a fait de mieux ces dix dernières années.
Caroline dit :
— Mieux que ses disques? Ah bon? C’est marrant pour un musicien.
— Ça lui permettait de dire des choses différentes, sous une autre forme. C’est peut-être ça le truc. Se sentir moins obligé d’être dans son rôle.
Caroline dit :
— Tu vois, alors tu devrais chanter, au lieu de dire que tu n’écris plus.
— Je vais peut-être écrire finalement, je laisse le chant à Nick.
Caroline dit en baillant :
— Alors ce disque?
— Il est comme la pochette, très beau. Mais avec moins de poils pubiens.
Caroline dit :
— Elle n’en a pourtant pas beaucoup la femme de Nick. Tu veux dire que les chansons sont épilées?
— C’est un peu ça. Un peu lisses, mais on a tellement aimé le Cave rugueux… C’est difficile de vieillir pour les chanteurs, on les juge toujours à l’aune de ce qu’ils ont fait avant. Mais il y a un truc dans ce disque, dans ces chansons, un truc qui me touche, comme si ça tamisait automatiquement mes lumières internes. Quelque chose comme ça.
Caroline dit en tordant sa bouche :
— C’est parce que tu aimes bien quand… hum… enfin c’est joli cette histoire de lumière. Bon on va peut être l’écouter non? Parce que là tu n’arrêtes pas de parler mais on n’écoute pas.
— Tu vois que je parle. Allez je mets la première face.

Caroline dit :
— Tsssss. J’aime bien sa voix. Elle fait des choses en profondeur.
— Tant que c’est sa voix ça ira. Tu vois en même temps je peux comprendre qu’on n’aime pas ce disque, je crois que je ne saurais pas le défendre, mais l’atmosphère étrange qui s’en dégage, un peu brumeuse, c’est parfait pour cet hiver.
Caroline dit, en avalant un quartier de clémentine :
— Il ne voudrait pas de moi Nick Cave, je ne voudrais pas poser nue sur la pochette.
— Ça ne doit pas être son seul critère je pense. Et moi je t’y verrais bien.
Caroline dit :
— Ne rêve pas. Elle est triste cette chanson.
— Toute la première face. Comme s’il avait eu besoin de se débarrasser de ça pour continuer. Mais il y a des paroles marrantes quand même. Tu verras sur Mermaids il dit qu’il croit en dieu mais aussi aux sirènes.
Caroline dit :
— Je ne vois pas ce qu’il y a de marrant. Tout le monde sait que les sirènes existent. Elle est bien celle-là. Jubilee Street, c’est ça? Elle est moins triste que celles d’avant. Il dit qu’il vole?
— Les sirènes oui, mais dieu c’est moins certain. Oui il vole. Juste avant il dit qu’il vibre et qu’il rayonne. Sur la deuxième face il y a aussi une chanson qui raconte ce qu’il lui est arrivé après avoir écrit Jubilee Street. Une sorte de mise en abîme.
Caroline dit, l’air rêveuse :
— Un Nick Cave vibrant et rayonnant c’est troublant et évocateur… hmmm… Je ne sais jamais s’il y a un un accent circonflexe sur abîme.
— Mon père disait « Le chapeau de la cime est tombé dans l’abîme ». C’est facile pour s’en souvenir.
Caroline dit, attrapant négligemment un magazine :
— Et Nick? Il tombe après avoir volé? Comme le chapeau de la cime?
— Va savoir. Peut-être pour cela qu’il voit les sirènes au fond de l’océan.
Caroline dit allongeant ses longues jambes :
— Ça se tient tout ça en fait. C’est cohérent.

Le boson de Higgs

— Ça part plus en vrille vers la fin. Sur Higgs Boson Blues, il mélange Hannah Montana, tu sais la fille des séries pré-ados, Robert Johnson, un vieux bluesman qui aurait vendu son âme au diable pour apprendre à jouer de la guitare, et le boson de Higgs, une particule mythique dont on n’était pas certain de l’existence, découverte il y a peu à Genève. D’ailleurs il roule dans les rues de la ville au début de la chanson.
Caroline dit, :
— C’est compliqué un peu non? Il veut en venir où?
— On ne sait pas trop mais ce n’est pas très important. C’est la meilleure chanson de l’album. Il dit aussi que s’il meurt ce soir il veut être enterré avec ses chaussures préférées. En cuir verni jaune.
Caroline dit :
— Je ne suis pas certaine que ça aille avec ses beaux costumes trois pièces sombres, mais ça doit être les chaussures qu’il met lorsqu’il n’est pas habillé en Nick Cave. Style pantoufles débraillées.
— Tu as déjà vu des pantoufles en cuir verni jaune toi? C’est bien le genre de Bunny Munro par contre.
Caroline dit, ramenant ses jambes sous elle :
— Ne sous estime pas Nick. Et qu’est-ce qu’elle fait-là dedans Hannah Montana?
— Un peu n’importe quoi. En fait, totalement n’importe quoi mais à la fin, Miley Cyrus, celle qui joue Hannah, finit dans une piscine où elle flotte sans que l’on sache vraiment si elle est vivante ou morte. Une sorte de vengeance personnelle.
Caroline dit :
— Pourquoi? Il lui en veut ? Elle a l’air tellement éloignée de lui cette pauvre fille plutôt mièvre.
— Elle est sûrement plus délurée que tu ne le penses. C’est parce que lorsqu’il a visité le musée de Mme Tussauds avec ses enfants, ils n’arrêtaient pas de tourner autour de la statue d’Hannah Montana alors que dans la salle à côté il y avait Elizabeth Taylor en Cléopâtre et ils ne savaient pas qui c’était. Ça l’a déprimé. Il en a voulu à Hannah Montana d’éclipser Elizabeth Taylor.
Caroline dit :
— Ça c’est le conflit des générations mon petit Nick.
— Ça doit surtout être son style de femme, Elizabeth Taylor, à sa grande époque. Tumultueuse et passionnée. Ensuite il dit you’re the best girl I’ve ever had, va savoir de qui il parle, mais sûrement pas de Miley Cyrus. Peut-être de sa femme sur la pochette.
Caroline dit, tapant la place à côté d’elle de sa main fine :
— Bon tais-toi un peu, assieds-toi à côté de moi et mets-nous la 2ème face, je veux entendre la chanson sur le boson avec Miley Cirus dans la piscine. Et je veux entendre Nick me chanter you’re the best girl I’ve ever had avec sa voix grave.
— Tssss, tu voulais que je parle alors je parle. Et puis je vais finir par être jaloux. J’aurais dû mettre Tom Waits en fait.
Caroline dit, posant son doigt sur mes lèvres :
— Chuuuuut. Tais-toi.

Tags : , , , , , ,

Catégorie : Music of my mind

4 Responses to “ 880 Caroline dit : Tu ne me parles plus (Nick Cave) ”

  1. julip on 24 février 2013 at 11 h 31 min

  2. rock_0la on 24 février 2013 at 21 h 21 min

    magique. tu devrais écrire plus souvent. merci :)

  3. peekaboo on 25 février 2013 at 17 h 44 min

  4. PdB on 28 février 2013 at 21 h 24 min

    (c’est la thématique de hôtel california ou quoi ?) (ahahah) (la prochaine fois que tu dis à une fille qu’elle est la meilleure que tu aies jamais eue et qu’elle te flanque son poing dans la gueule, tu l’auras pas volé) (elle reste sympa caroline jtrouve) (enfin c’est qu’un mauvais rêve, probablement) très sympa ton billet… :°))