878 Into the white (Bark Psychosis)

19 janvier 2013 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

Bark Psychosis : The Loom (Hex 1994)

Adobe Flash Player

Into the white et pas
seulement
à cause de tout ce
blanc
par deux fois cette semaine et cela ne semble pas fini, on oublie toujours comment doivent être les
hivers
et je ne sais si c’est pour cette raison mais les disques
écoutés
cette semaine avaient une saveur plus intime, une sensation impalpable manquant globalement à tout ce qui a pu sortir l’année
dernière,
quelque chose de plus
charnel
comme si je croquais dans des musiques plus mures
ou bien est-ce seulement ce coton dehors faisant sonner les
notes
un peu plus proches.
Même dans le RER l’autre
matin
en écoutant le superbe dernier album de Yo La
Tengo

(Photo ©KMS 2013)


la sensation d’isolement face au reste du
monde
et le soir avec le
piano
d’Ed Harcourt il me semblait remonter le temps assis dans mon fauteuil ou bien n’était-ce que la
fatigue sûrement trop prégnante ces
derniers
jours avec toute cette agitation.
Le piano oui, et c’était Satie aussi, depuis Honfleur, sous les doigts d’Anne Qeffélec, les pièces froides, ce n’est pas un
hasard
très certainement mais l’envie m’a pris de me remettre sur ce piano dont je n’ai jamais su jouer, de tenter
maladroitement
de placer mes doigts sur les notes de la première Gymnopédie, bancale, alors plutôt jouer Ballad of a
Thin
Man de Bob mais un jour, réussir à dérouiller mes doigts ou plutôt, surtout, y passer le
temps
nécessaire et j’ai toujours voulu jouer Sad
Lisa
du Chat Stevens aussi, parce que j’ai toujours aimé les chansons avec un prénom de
fille
dans le titre, la faute au Velvet et à
Lou
Reed sans aucun
doute
et à cette fille aussi, sûrement, il y a si longtemps, il y avait de la neige également, la Marne avait gelé.
Into the white, a whirlwind cold, pour faire référence au dessin de Raymond Petitbon sur la pochette de
Goo
même si je ne « tape » pas la route contrairement à Jack, mais c’est une autre histoire. Alors j’ai mis la réédition vinyle du Hex de Bark Psychosis, une sorte de disque idéal par ce temps apaisé, c’est bien la qualité première de la neige, de
ralentir
le temps, d’imposer le calme et le
silence
comme si tout était un peu étouffé et on n’est pas pressé que ça fonde pour retrouver le monde habituel dessous, sale et
bruyant.
Into the white, ça faisait longtemps finalement.

Tags : , , , ,

Catégorie : 'til 1999, Ecoute s'il pleut, Samedis Musicaux

2 Responses to “ 878 Into the white (Bark Psychosis) ”

  1. PdB on 28 janvier 2013 at 23 h 19 min

    (hey le piano, c’est magnifique alors continue et entraîne toi) (magnifique) t’as vu comme ce putain de climat tourne, un jour la neige, après le soleil ? c’est quoi, ce bordel ? (j’ai acheté des places pour el concert de yo la tengo) (tant pis si j’ai pas la queue d’un dollar)

    • KMS on 31 janvier 2013 at 0 h 17 min

      Ah mais j’y vais aussi à Yo La Tengo. (c’est pas gagné pour le piano)(je te le dis)(pas gagné)