125 Emily play

27 novembre 2006 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

125 Emily play : Wire : I should have known better (Album : 154 1979)
125bis : Joanna Newsom : Emily (Album : Ys 2006)

C’est peut être bien vrai. La société du spectacle. J’ai toujours rêvé de ça. Me donner en spectacle. Là. Au milieu. Le centre de l’attention de tout le monde. Peut être qu’écrire ici était bien entendu une manière de le faire un peu. Un Spectacle. Inconsciemment.
Je dis ça parce que le nombre de lecteurs de cette page se réduit comme peau de chagrin. Et pour être totalement honnête cela me chagrine un peu quelque part. Comme toujours c’est dans l’absence que l’on se rend compte des présences nécessaires. C’est parce que Google ne m’envoie plus grand monde. Même si ce n’était que pour la page de la radio. Un public qui n’était qu’illusoire certes, mais il est parfois agréable de se bercer d’illusions.
Peut être aussi parce que cette page est moins un spectacle depuis quelques mois. En même temps, lorsque l’on ne cherche pas l’audience, il est peut être logique de ne pas en avoir. Surtout quand l’intérêt de ce que je peux offrir est relativement inexistant. J’ai toujours dit que j’écrivais pour moi. Par besoin. Pendant longtemps. Maintenant sûrement plus par plaisir. Mais entretenir l’illusion d’un regard extérieur comme témoin muet de mes divagations participait quand même au liant de la sauce aigre-douce de mes misérables éjaculations verbales égocentriques.

Il y a une certaine désaffection de cet endroit. J’avais écrit quelques phrases là dessus ce matin, dans le bureau un peu froid parce que le chauffage ne fonctionne pas le week-end. J’avais tout jeté. Et puis finalement je biffe. C’est plus juste.
J’ai froid, une sensation acérée, cruelle presque avec le ciel bleu de ce matin. Un matin Wire. Je dis ça comme ça mais c’est la musique qui m’est venu à l’esprit. Un matin Wire et je prends bien conscience que plus le monde me fait peur et plus la musique m’obsède. Mais au bureau je n’ai que Pink Flag alors que l’atmosphère est à 154 ou à Chairs Missing. Pour donner une idée de l’obsession.

Alors je mets trois fois de suite la belle Emily de Joanna Newsom parce que c’est d’une beauté étrange hors du monde actuel, avec sa harpe de conte de fées qui pleure des larmes amères. A l’opposé de Wire et pourtant proche, en un sens que je suis peut être le seul à voir sans pourtant l’expliquer. Les cordes chatoyantes de Van Dyke Parks contre les guitares glacées du post punk en mutation. A moins que cela soit en raison du mix de Jim O’Rourke. Dans quelles circonvolutions de mon cerveau se perd ma pensée pour trouver Emily proche de Wire. Ou bien sont-ce seulement des inepties du lundi. Ou juste son and I’m not ashamed to say I know you better en écho au I should have know better. Reste qu’Ys va bien avec le froid du bureau du lundi matin à défaut des plaques d’acier glacé de Wire. J’ai remis une nouvelle fois les 12 minutes et 8 secondes d’Emily et ses météorites parce que ça me donnait une drôle de sensation d’élévation, puisqu’il fait froid autant s’envoler. Je crois bien que j’écris n’importe quoi…

Catégorie : Vieilleries

Comments are closed.