863 En attendant la fin du monde #4 (Bonnie Prince Billy)

22 juillet 2012 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

Matt Sweeney & Bonnie Prince Billy : My Home is the Sea (Superwolf 2005)

Adobe Flash Player

(Photo ©KMS 2012)

« S’il y a, dans le monde, un endroit où tu peux penser que tu n’es rien, cet endroit, c’est ici. Ce n’est plus la terre, ce n’est pas encore la mer. Ce n’est pas une vie fausse, et ce n’est pas une vie vraie. C’est du temps. Du temps qui passe. Rien d’autre.
Ce serait un refuge parfait. Nous serions invisibles, pour quel ennemi. Suspendus. Blancs comme les tableaux de Plasson. Imperceptibles même pour nous.

Alessandro Baricco : Ocean Mer

Regarder le ciel se fondre dans les eaux du golfe et suivre la piste des nuages et du vent.
Se poser là. Dans une maison blanche aux volets bleus et au toit d’ardoise.
En attendant la fin du monde.

Tags : ,

Catégorie : En attendant la fin du monde

3 Responses to “ 863 En attendant la fin du monde #4 (Bonnie Prince Billy) ”

  1. PdB on 23 juillet 2012 at 13 h 44 min

    En attendant, y fait pas si moche que ça en bretagne quoi…

    • KMS on 25 juillet 2012 at 12 h 59 min

      Bien sûr, il fait super beau (mais pas très chaud). Le lendemain il n’y avait même pas un nuage.

  2. Francky 01 on 30 juillet 2012 at 16 h 28 min

    Ce texte d’Alessandro Baricco est magnifique.
    Je ne connais pas ce poème « Ocean Mer » mais l’extrait posté ici est très touchant. C’est le genre de phrases qui me plaisent et me séduisent tout en me questionnant……Et avec comme bande sonore ce bon vieux Bonnie Billy, l’illustration est parfaite, en totale adéquation.

    « Regarder le ciel se fondre dans les eaux du golfe et suivre la piste des nuages et du vent. » Exactement ce que j’adore faire en vacance. Les nuages m’ont toujours fasciné, tout comme la mer……..immensité géographique contre existence minuscule, là est toute notre condition humaine !!!