104 Play it again

14 octobre 2006 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

104 Play it again : Lou Reed, John Cale & Nico : Berlin (AlbumBootleg : Bataclan 1972)

Une réédition (c’est à la mode)(on réédite tout)(alors moi aussi). Non remasterisée (je préfère toujours l’original)(c’est pour ça que je mets la version bootleg de la chanson, pas l’officielle dont le son est moins bon)(un comble). A cause de cette extraordinaire vidéo de Berlin (version premier album enregistrée lors de la réunion de 1972 au Bataclan) vue ce matin après avoir amené ma fille à l’école (l’école le samedi matin est un crime contre l’humanité les parents). Peut être aussi parce que ça me donnera le courage d’écrire de nouveaux Caroline dit…

Caroline dit : « C’est vrai cette histoire sur les enfants qui pleurent? »
« C’est sur la deuxième face. C’est pas tout de suite »
Caroline dit en posant ses pieds nus sur le rebord de la table du salon : « C’est beau, in berlin by the wall. C’est quoi du Dubonnet ? »
« C’est comme du Martini mais en plus désuet. Mes grands-parents en vendaient dans leur café . Il y avait la pub sur les murs du métro. Du bo, du bon, dubonnet. Ca défilait dans les tunnels. A l’époque il y avait encore des banquettes en bois et les rames étaient vertes ou rouges.»
Caroline dit en se grattant l’épaule :
« Il est désuet Lou Reed ?»
« Non. C’est un vieux con maintenant mais il n’est pas désuet »
Caroline grimaçante dit : « J’aime pas cette chanson. »

« Elle parle de Billie Holiday »
Caroline attrape un magazine
« N’empêche. J’aime pas cette chanson. C’est qui ? »
« Une chanteuse de jazz. Un de ses disque s’appelle Songs for distingué lovers. Tout ce qu’on est pas »
Caroline dit en tournant la tête :
« Pourquoi tu dis ça ? Tu veux pas me donner un coca? »
De la cuisine tu la regardes jouer avec la bretelle de son débardeur. Ca te fait craquer, elle le sait.
« But me, I just don’t care at all »
Caroline dit :
« Tu pourrais répondre quand je te pose une question. Ah voilà c’est ma chanson. J’ai jamais compris pourquoi il parle de l’alaska »
« C’est sur l’autre face. Caroline II. Là c’est la I »
Caroline écoute en regardant le plafond, son verre de coca à la main :
« Tu as entendu, She wants a man, not just a boy, hmm hmm »
« Tu as de trop belles épaules. Celles de la fille sur la pochette sont trop maigres »
Caroline dit « Pourquoi ? C’est qui Caroline ? »
« J’sais pas. En fait c’est Stéphanie qui disait qu’il fait si froid en alaska, mais on ne l’a su que plus tard. Peut être encore une fille de la bande à Warhol comme Candy »
Caroline dit « Warhol c’est le type des boites de soupe et des tableaux à la pisse ? »
« Tu as vraiment le sens du détail. Il y a Lisa aussi »
« Lisa quoi ? »
« Lisa says, mais c’est un autre disque »
Caroline trempe ses lèvres dans son coca, ramène ses pieds sous elle pendant que tu mets l’autre face.
« Candy elle dit aussi ? »
« Oui. Elle dit qu’elle déteste son corps. C’est la même que dans Walk on the wild side, tu sais, and she never lost her head even when she was… c’était un travesti mais là c’est encore Caroline. C’est un chef d’œuvre »
Caroline a un petit rire « Hmmm »
« La chanson. En fait c’est une horreur. Toute la face. Y a pas plus sombre. Lester Bangs a dit que ce disque était le plus déprimant jamais fait, une tranche gargantuesque de rancœur aux asticots. Je cite»
Caroline reprend son magazine « un poète sûrement »
« Lou Reed ? Oui. Une sorte de. Tiens c’est celle là »
Caroline dit, dans l’absence de son magazine « Quoi ? Non Lester machin»
« Attends un peu. C’est une merveille. Ouais aussi. A sa façon »
Caroline dit en levant les yeux vers toi :
« Oh non les gosses. Alors cette histoire ? J’sais plus où j’ai lu ça ? Dans Télérama tu crois ? »
« J’sais pas. C’est Bob Ezrin. Il a dit à ses gosses que leur mère était partie et les avait abandonnés. Il les a enregistrés en train de pleurer et d’hurler. C’est déchirant »
Caroline dit « C’est un monstre »
« Je serais fier de m’entendre pleurer sur ce disque »
Caroline pose son magazine « Maintenant on lui ferait un procès »
« Maintenant on fait plus de Berlin. »
Caroline dit « De toute façon y a plus le mur et on ne boit plus de Dubonnet, c’est pour ça»
« oh oh oh oh oh oh what a feeling »
Caroline regarde ses ongles « Tu parles. On va faire un tour ? »
« Le disque est pas fini »
Caroline dit « Au fait, cette histoire d’amants distingués ? »

(KMS 2004)

Catégorie : Obsessions, Vieilleries

Comments are closed.