2 Bitter tears

6 janvier 2006 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

Bitter tears 2 : Arthur Russell : See through love (Album : World of echo 1986)

L’hiver sur le quai. Hier les flocons tombaient se noyant dans l’eau noirâtre du fleuve dans un suicide collectif. Sur tes joues, la neige fondant, laissait des traces comme des larmes amères. Ou bien est-ce… écran cotonneux des pensées refoulées… ou est-ce… l’obsession rituelle des corps et des âmes oubliées… en quête de substitution… est-ce vraiment la mort si ce n’est déjà plus la vie…
Dans le couloir ils peignent les murs en gris. Clair, foncé. Gris fantôme. Tu colles des mots sur ton mur, dans ton dos, noir sur blanc, phrases, mots, murmures sur murs, maux inavoués, masqués. Juste pour elle. Substitution. Son visage s’est illuminé en les lisant. Ou bien est-ce tes yeux… ou bien… ou bien…
Tu glisses, sans trace, silencieux, entre les murs gris de l’asile de l’ennui, des musiques aux échos improbables se mêlant silencieusement au fracas des engrenages rouillés de ta conscience brisée.
J’ai eu envie de t’écrire hier, toute la journée, comme une obsession assassine, alors j’ai laissé couler le poison des rêves éveillés dans les fééries de son visage illuminé puisqu’il faut bien espérer. Je n’en ai pas dormi de la nuit, j’ai raté mon sommeil comme j’ai raté des pans de mon existence.

Catégorie : Vieilleries

Comments are closed.