42 Talking book

28 mars 2006 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

Talking book 42 : Earlimart : All they ever do is talk (Album : Everyone down here 2003)

Ouvrir ensemble les livres des souvenirs. Celui aux pages jaunies de l’enfance. Avec ces moments légers, avec ces craintes en gestation, et ces petites blessures d’amour, ces manques d’attention restés sur ces pages à l’écriture malhabile. Celui sombre de l’adolescence, aux photos terribles, à l’écriture gorgée de frustration et de doutes, aux émotions polymorphes et débordantes, incomprises avant longtemps, creusant les failles et les pics de nos vies futures, toutes ces parts d’ombre en devenir. Et dans tes cahiers ou classeurs de lycéen, tu truffais déjà les pages de paroles de chansons. Comme dans celui de français, vers 16 ans, qui s’ouvrait sur If I could dig down deep in my heart, feelings would flood on the page. Combien d’années d’enfermement, avant qu’ils ne finissent par sortir…
Le livre plus épais de la vie adulte. Celui aux pages parfois collées ensemble pour ne plus les ouvrir, parfois déchirées comme un appel à l’oubli. Celui à l’écriture tantôt dense, tantôt éparse, raturée ou lumineuse. Celui avec les larmes diluant parfois l’encre des mots. Avec les nervosités et les rondeurs des chemins contrastés. Celui associé avec le petit carnet noir honteux des erreurs et des errances, à l’écriture serrée et quasi indéchiffrable. Ce livre adulte aux moments heureux reconnaissables aux pages souvent lues et relues, dans l’espoir vain de faire revivre ces instants évaporés. Ces émotions comme des fleurs séchées tellement fragiles. Celui avec toutes ces pages blanches restant à écrire. Ces pages que l’on regarde à deux, du coin de l’oeil, en souriant, sans oser encore y poser les mots des souvenirs à peine vécus. Toutes ces pages que l’on fait lire, sur lesquelles on s’attarde où que l’on tourne rapidement parce que…
Toutes ces pages pour dire voilà ma route, voilà toutes mes particules de vie chaotique, toutes ces pages pour dire à l’autre, regarde, c’est moi, rien que moi…

Catégorie : Vieilleries

Comments are closed.