840 Winter song (The Low Anthem)

11 février 2012 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

The Low Anthem : Stories of the street (The songs of Leonard Cohen, 2012)

Adobe Flash Player

C’est peut-être à cause ce froid mais pas seulement, que l’envie de s’isoler à la campagne givrée est venue. Avec les chansons de Leonard Cohen. On lit dans ses vieilles chansons comme on lit dans sa vie. Il y a de l’introspection dans l’hiver comme dans les chansons.

Je repensais à des murs anciens, aux couleurs passées et désuètes, ces pièces de nos enfances de l’époque des premiers albums de Cohen, ces images mates, l’impression que tout brillait moins que maintenant. La patine du temps, l’évaporation ou simplement une simplicité depuis longtemps disparue. Les couleurs des chansons de Leonard Cohen. La couleur de la pochette de ce vieux disque usé par le temps aux coins jaunis par la poussière et la lumière.

Je pensais qu’il serait bon de sentir dans le dos, le feu d’une cheminée et écouter les chansons de Cohen en regardant la pellicule blanche sur la campagne, un signe de vieillissement très certainement. Une histoire de lenteur aussi. Les chansons de Cohen sont parfois comme des doigts cruels se posant sur les anciennes blessures qui, même guéries, ont laissé des cicatrices, boursouflures de peau blanche un peu molle.

La version au piano de Stories of the Street par The Low Anthem a quelque chose d’hivernal dans l’écho de la voix, elle vient peut-être de là cette vision de campagne givrée, complet paradoxe d’une chanson urbaine. Mais l’écho la tire vers une ruralité déserte et glacée. Ou juste ses propres désirs projetés dans les accords mineurs.

Une chanson d’histoires en lignes de fuite vers l’horizon infini derrière la fenêtre. Il y a des livres cachés dans les chansons de Cohen, ceux que l’on n’écrira jamais, même pas lui, même si on retrouvera dans celle-ci, quelques fantômes des Perdants Magnifiques.

I balance on a wishing well that all men call the world.
We are so small between the stars, so large against the sky,
and lost among the subway crowds I try to catch your eye.

Bonus : Clique donc sur la pochette là, au-dessus

Tags : , ,

Catégorie : Ecoute s'il pleut, Samedis Musicaux

4 Responses to “ 840 Winter song (The Low Anthem) ”

  1. Jacques on 11 février 2012 at 20 h 22 min

    Je ne sais pas pourquoi texte et musique (stories of the streets) me font penser à Macadam cow-boy (John Schlesinger 1968), Ratso Rizzo dans son squat minable avec son rêve de gosse. Retour à 1966…

    • KMS on 11 février 2012 at 20 h 56 min

      Oui il y a de ça. Et les chansons de Fred Neil. J’ai parfois l’impression qu’il n’est plus possible de cristalliser l’époque dans une seule chanson comme Everybody’s talkin’ mais c’est probablement une remarque de vieux (con).

  2. Jacques on 12 février 2012 at 9 h 25 min

    Une seule chanson ? certes (merci pour Fred Neil). Réécouter Léonard Cohen sur mon vieux CBS me file la chair de poule : So long Marianne, Suzanne. Au sommet de la pente, je me dis : stop ! gare à l’avalanche des souvenirs. Pour revenir à Stories of the streets, en 2012 ça résonne un peu non ?

  3. Mathieu on 15 février 2012 at 11 h 24 min

    Ah oui, elles sont biens ses reprises. Faudrait que j’aille écouter I’m Your Fan, la compile de reprises de Leonard Cohen, sortie en 91 …