833 Never Ending Juke-box #19

7 janvier 2012 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

King Crimson : Book of Saturday (Larks’ Tongue in Aspic 1973) Cunninlynguists : Doin’ Allright (Southerunderground 2003)

Adobe Flash Player

Adobe Flash Player

Ça a toujours été une de mes chansons préférées de King Crimson. Miniature posée sur la face 1 de Larks’ tongue in aspic (une recette à tester), entre deux morceaux plus étirés, plus Crimsoniens dira-t-on. La belle guitare aux notes de velours de Robert Fripp, la voix chaude de John Wetton, avec ce grain particulier, la bande passée à l’envers, et cette ambiance de feuilles mortes humides, le violon pleurant les amours perdues. Un des quinze ou vingt premiers disques achetés, il y a bien longtemps, en 1975. Musiques tatouées à l’intérieur.

Reminiscences gone astray
Coming back to enjoy the fray

Flash forward, le mois dernier, on ne comptera même pas le nombre d’années écoulées, retrouver par surprise, lors de la découverte de la discographie des Cunninlynguists, les notes de guitare de l’intro, joliment samplées, avec ce flow légèrement paresseux, une flûte ajoutée en arrière plan, et ce beat qui emmène le tout.
Retrouver la même ambiance de feuilles mortes humides dans ces quelques notes de guitare, la mélancolie gracile de certains samedis après-midi au ciel gris.

Tags : , , ,

Catégorie : Music of my mind, Never Ending Juke-Box, Samedis Musicaux

3 Responses to “ 833 Never Ending Juke-box #19 ”

  1. Richard on 12 janvier 2012 at 12 h 33 min

    Oh! Oui, une chanson magnifique, une mélodie drôlement bien troussée, et des paroles… Euh, suggestives, comme échappées d’un carnet. Un carnet du samedi. Et tout cet album est grandiose, hein. Comme à peu près toutes les productions de KC de cette glorieuse époque.

  2. Dr GlamoorKosmik on 12 janvier 2012 at 21 h 20 min

    Que de souvenirs remontent à la surface avec cette évocation de lark’s tongue in aspic. la découverte de l’univers de King Crimson, si différent et pourttant si proche de « in the court », autre fabuleuse découverte et claque pris en pleine poire lors de la première écoute. Et wetton me clouera une fois de plus à l’écoute Starless su rl’album Red. Mon Dieu , Mon Dieu. et ça y est nous sommes au 21st century……

  3. KMS on 14 janvier 2012 at 18 h 16 min

    Il faut écouter ce qu’en ont fait les Cunninlynguists, c’est vraiment bien, on conserve l’atmosphère de la chnason même si c’est complètement différent.