61 Old friends

6 juin 2006 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

61 Old friends : Pavement : Embassy row (Album : Brighten the corners 1997)

Combien d’années qu’on ne s’est pas vu? Dix ans, plus, douze. Ou treize. Une éternité finalement. Les questions habituelles. D’usage. La famille. Les enfants. Le travail. « Tu travailles toujours là? ». « Ce n’est pas important le travail pour toi alors ». Non. La réponse est non. Alors elle demande « Mais qu’est-ce que tu fais à coté? ». J’ai répondu Je vis. Je l’ai sentie déroutée par ma réponse. Son visage sur lequel les années ont laissé leur marque, a reflété son interrogation. Cela ne semblait rien signifier pour elle. Je vis. Ou du moins ces deux mots semblaient porteur d’un sens bien éloigné de son quotidien. Je la sentais, au fil des mots, toujours sur les rails de la vie qu’elle s’était tracée depuis longtemps, depuis ses études, alors que j’ai fait dérailler le train de mon existence depuis bien longtemps. Il s’est évaporé ailleurs, dans la nature, sans direction précise. Je vis. Ca veut dire des douleurs, ça veut dire des échecs. Mais ça veut aussi dire des joies, des plaisirs, des rencontres, des sensations intenses…
On s’est quittée sans promesses de se revoir ou de déjeuner ensemble, conscients de l’éloignement de nos deux mondes.
Souvent ce genre de rencontres nous fait sentir la morsure du temps passé. Etrangement, hier midi, devant cette boulangerie, face à cette fille que je n’avais pas vu depuis combien d’années, dix, plus, douze, ou treize, je me suis senti plus jeune…

Catégorie : Vieilleries

Comments are closed.