828 Rien #31 (Ligeti)

10 décembre 2011 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

Gyorgy Ligeti : Lux Aeterna (William Steinberg, Boston Symphony orchestra)

Adobe Flash Player

(Photo ©KMS 2011)

Les lieux qui attirent les musiques. Spontanément. Tout de suite, en haut de la redoutable tour carrée du château de Loches, avec les nuages en fuite, le Lux Aeterna de Ligeti, les voix sépulcrales, comme des fantômes s’évadant des tréfonds des cachots, dans cette gigantesque cheminée qu’est devenue la tour au fil des âges avec l’effondrement des paliers. Ou bien était-ce juste le vent dans les oreilles mais pas seulement.

Le Lux Aeterna, utilisé par Kubrick dans 2001, A Space Odyssey, lorsque Lloyd se rend sur la lune pour observer le monolithe découvert. Comme si ce trou béant en était le parfait réceptacle inversé, ouvert vers le ciel et les étoiles.

Image de prévisualisation YouTube

Tags : , , ,

Catégorie : Rien

3 Responses to “ 828 Rien #31 (Ligeti) ”

  1. F Bon on 10 décembre 2011 at 19 h 06 min

    bon, va falloir que je retourne à Loches (c’est pas loin d’ici, on a dû y aller 2/3 fois en arrivant dans la région, mais pas retourné depuis des éternités), soit ça a changé, soit t’as tout inventé ?

    • KMS on 10 décembre 2011 at 19 h 23 min

      Ça n’a pas changé, et depuis un paquet d’années (ah si, le tombeau d’Agnes Sorel est maintenant dans l’église et plus dans le château). Mais monte en haut de la tour carré tu verras (et un jour de mauvais temps ça doit donner).

  2. PdB on 11 décembre 2011 at 22 h 35 min

    cette musique-là, ce bruit, ce son, cette harmonique ou cette fin de monde, fait un effet boomerang sur le film de Kubrick (ils étaient à peu près contemporains, lui né en 23 l’autre en 28 je crois bien); j’ai tellement aimé et le film et la bande son, vers soixante dix huit, ou dix neuf je ne sais plus, la maîtrise de cinéma que je suivais alors proposait comme corps d’une unité de valeur l’étude de ce monument (ahah) avec focus sur images, sons scénario (et rapport avec le livre de Clarke, né en 17), montages, moyens de transports, religions, rapports homme/femme, famille etc. Je crois qu’avec d’autres on a dû le regarder et le revoir peut-être quinze fois; la musique y est tellement en accord avec les sphères (la ruine sur ta photo me fait penser à celle dans laquelle il me semble me souvenir que Ken Russell avait installé ses Diables -plus ou moins scandaleux…) (bon alors on va acheter le bouquin comme on est là hein…)