799 Pleine lune (John Zorn + Sun Kil Moon)

1 mai 2011 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

John Zorn : Half moon bay (Album : Alhambra love songs 2009)

Sun Kil Moon: Half moon bay (Album : Admiral fell promises 2010)

Adobe Flash Player

Adobe Flash Player

Ça devait être le silence. Ou y ressembler. Ne rien dire en tout cas. De plus en plus. C’est difficile de toujours trouver des mots justes. Ou on devient difficile.

Il y a juste là à coté, la musique du silence, je cherche encore les mots pour l’accompagner. Les mots du silence sont les plus difficiles à trouver.

Par rebond, les Alhambra love songs de John Zorn qui d’ailleurs ne joue pas sur ce disque mais ça devient un peu une habitude, comme le trio piano/batterie/contrebasse.

C’est elle, la contrebasse, comme souvent, qui a emporté l’affaire ce soir. Ce solo au milieu du morceau. On se dit que même sans dire il y a matière à partage juste avec la contrebasse. Espérer le croisement de faisceaux, si ténus ou si futiles soient-ils.

Il y a toujours, dans les notes, ou dans le vol des oiseaux de passage, plus qu’il n’y en aura jamais dans tous ces mots péniblement arrachés. La vie devrait ressembler à ça. Un vol d’oiseaux de passage que l’on contemple assis sur un banc à ne rien faire en écoutant un piano et une contrebasse. On peut toujours rêver.

Une Half moon bay en appelle une autre. Half Moon bay, cette ville face au pacifique, au sud de San Francisco, sur la highway one, la pacific coast highway, and hear the traffic come down the old Highway 1 down the Devil’s sleighted run, celle de Big Sur, de Monterey. Et la plus belle chanson (quoique Third and Seneca…) du dernier album du Sun Kil Moon de Mark Kozelek.

Deux albums commençant par A. Deux titres en trois mots. Est-ce que si l’on assemble les deux demi-lunes on en fait une entière? Tout ça n’a pas de sens.

Les chansons de Kozelek sont de celles que l’on écoute en regardant la pluie couler sur la fenêtre. Ou en marchant sur la plage l’hiver. La voix de Kozelek, c’est celle du crachin, celle du vent d’hiver sur une plage du pacifique. Comme une chanson d’amour de l’Alhambra. Comme un vol d’oiseaux de passage. Comment résister à ça…

Tags : , , , , , ,

Catégorie : Ecoute s'il pleut, Jazz in my pants

4 Responses to “ 799 Pleine lune (John Zorn + Sun Kil Moon) ”

  1. synecdoque on 1 mai 2011 at 22 h 41 min

    2 en 1. mais à écouter intégralement et pourquoi pas en souffle continu … noir et blanc majestueux. merci pour cette évocation qui invite au voyage. deux mi-lunes par une nuit sans lune. bonsoir Kill Me Sarah.

  2. Mathieu on 2 mai 2011 at 20 h 02 min

    Ah oui bien vu ce lien entre John Zorn et Sun Kil Moon, belles musiques de soir, de nuit pluvieuse …
    (merci pour le lien sinon :-))

  3. KMS on 2 mai 2011 at 20 h 38 min

    Deux morceaux avant sur le disque de Zorn sans Zorn, il y a un morceau qui s’appelle Pacifica. Tout ça sont des coïncidences bien entendu. Les deux vont bien ensemble.

  4. PdB on 3 mai 2011 at 22 h 51 min

    j’aime le premier morceau, le deuxième moins, mais n’importe, le premier est ma-gni-fi-que (d’ailleurs j’arrête pas de le faire tourner) (déjà j’avais fait pareil en septembre) (j’ai fait de la réclame un peu partout pour ce disque et ce morceau).