178 Dried up

21 mars 2007 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

178 Dried up : Alexander « Skip » Spence : Diana + This Time He Has Come (Album : Oar 1969)

    

C’est le printemps. Il fait froid.
La chair de la mandarine s’est déchiquetée sous mes doigts lorsque je l’ai épluchée ce midi.
Je crois qu’il n’y a plus grand chose qui sort. Non pas que ça soit bloqué. Plutôt une sécheresse intérieure. I’m running dry chante Neil Young sur une très belle chanson. Ca doit être ça. Je m’assèche comme un oued en été. Je n’ai plus rien qui sort. Plus un mot, pas une ligne. Le temps finalement, n’est peut être qu’un prétexte. Alors j’écoute des chanteurs fous comme on collectionne des feuilles mortes dans un cahier à petits carreaux.

« Skip » Spence lui a « juste » complètement pété les plombs en 1968 lors de l’enregistrement du 2ème album de Moby Grape. Il a attaqué les membres de son groupe avec une hache dans le studio. Cela lui a valu six mois d’internement dans le service psychiatrique de l’hôpital Bellevue. A sa sortie, il s’est rué en studio à Nashville pour enregistrer en 4 ou 5 jours (et non en une journée comme l’indiquent les notes de pochette de je ne sais plus quelle édition) cet album totalement incroyable sur lequel il aura joué de tous les instruments et fait toutes les voix. Ce qui était plutôt rare à l’époque. La légende dit que l’album est resté la plus faible vente de Columbia. Il n’a plus rien fait ensuite, traînant sa misère et sa schizophrénie de traitement en traitement jusqu’à sa mort en 1999. Un peu comme Syd Barrett autre grand déjanté de génie.
J’aime à penser que cette musique, ces chansons, sont nées lorsqu’il était cloîtré entre les quatre murs de sa cellule. Il est assez terrifiant d’entendre la fêlure dans sa voix sur Diana. Ou sur ce titre apparu sur la réédition de cet album, où sa manière de frapper les cordes de sa guitare noyée d’écho, rappelle le violoncelle d’Arthur Russell sur World of echo. Cette musique étrange, c’est le bruit de l’effondrement de la façade de sa raison, se lézardant et tombant en gravats sonores.
C’est le printemps. Il fait froid. Je m’assèche et pourtant je ne suis pas pressé de voir revenir la saison des pluies de l’intérieur.

Catégorie : Vieilleries

Comments are closed.