194 Bitter fruits

25 avril 2007 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

194 Bitter fruits : Mahmoud Ahmed : Aynotche terab (Album : Ethiopiques Vol. 1 1997)

Il me reste, sur la langue et dans la bouche, un petit goût amer. Comme d’avoir croqué dans un fruit étrange et inconnu du bout des lèvres. Il en reste une inquiétude un peu sourde, tissée d’incompréhensions. Des vieux New Order au bureau, sur les petites enceintes, les synthés semblent de plastique. Peut être que tout est artificiel de la sorte. Sons artificiels comme les paradis du même nom pour masquer cette réalité aboyante. J’ai parfois l’impression de flotter dans le temps, un corps qui tourne sur un décor psychédélique de mauvais film.

J’ai mis le vol. 1 des Ethiopiques. Juste cette musique, étrange, envoûtante. On s’imagine des images inconnues sous forme de cliché. Je voyais la salle tout en longueur d’un petit café jaune, aux tables rondes de formica rouge, un moka épais et trouble dans des petits verres en pyrex, un tableau au mur, les pales d’un ventilateur essoufflé claudiquant au plafond dans une torpeur hachichienne. J’ai fermé les yeux quelques instants. Un thé au Sahara. C’est peut être juste la chaleur. Qu’est-ce que tout cela veut dire. Juste la musique. Celle que je mets plus fort, ici, à la maison, partout, pour gonfler la pièce et qu’on ne puisse pas ouvrir portes et fenêtres de l’extérieur.
A la maison le soir j’égrène en boucle des accords simples, bruts, sur la guitare, sol, fa, do sur un tempo lent. A peine si je m’autorise une légère excursion mineure au gré des mesures. Comme un mur invisible contre des inquiétudes majeures.

NOTA (bis) : Ca fonctionne à nouveau (on croise les doigts). Une nouvelle chanson sur Killing Me Softly.

Catégorie : Vieilleries

Comments are closed.