777 Time machine (The Creation)

8 février 2011 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

The Creation : Making time (Single : Making time/Try and stop me 1966)

Adobe Flash Player

Je donnerai cher pour pouvoir remonter dans le temps, et aller vivre quelques années en aristocrate décadent dans le swinging London des années 60.
Aller voir les Stones jouer au Crawdaddy, les Yardbirds au Marquee, les High Numbers pas encore Who à la Railway Tavern, voir Pete et Keith fracasser leurs instruments pour la première fois, guetter la sortie de chaque nouveau single des Kinks, voir le Pink Floyd de Syd Barrett à l’UFO, rouler en mini dans les rues de Londres au milieu des filles en mini jupes, traîner à Carnaby street…

Ecouter tous ces groupes connus ou inconnus, plus ou moins éphémères, tenant le devant de la scène le temps d’un ou deux singles, ces groupes que les labels signaient par paquets de peur du syndrome Dick Rowe, (le type du label Decca, qui avait refusé de signer les Beatles… (mais qui signera les Rolling Stones)) mais aussi parce que cette scène explosait dans tous les sens.

En juin 1966, j’aurais ainsi pu voir The Creation. Eddie Phillips, le guitariste, disait que leur musique était rouge avec des clignotements violet, vous avez dit psychédélique? Leur premier single était produit par Shel Tamy, producteur des Who et des Kinks. Le groupe flirtait du coté des Mods.

L’influence des Who est d’ailleurs très marquée sur cette chanson. Eddie Phillips jouait de sa guitare avec une certaine rage et utilisait parfois un archet (voir la toute fin de la vidéo ci-dessous) et ce, avant que cela ne devienne le gimmick d’un certain Jimmy Page qui l’utilisera pour la première fois en 1967 avec les Yardbirds et deviendra célèbre pour son usage sur Dazed and confused (vidéo) avec Led Zeppelin.

The Creation n’eurent jamais vraiment de succès (Making time monta à la 49ème place des charts). Les membres du groupe n’arrêtèrent pas de changer de 66 à 68 jusqu’à leur séparation (même s’ils se reformèrent plusieurs fois dans des formations variables à partir de 1987).

Pour la petite histoire, Eddie Phillips, le guitariste à l’archet quitta le groupe fin 1967 et fut remplacé par un certain Ron Wood (avec les Rolling Stones depuis 1976).

En 1983, Alan McGee donnera le nom de Creation Records au label qu’il venait de créer en hommage au groupe dont il était fan. Il donnera même à l’un des groupes dans lequel il jouait, le nom de Biff Bang Pow !, la chanson en face B du 2ème single de The Creation…

Image de prévisualisation YouTube

Tags : , ,

Catégorie : Garageland, Sexties

6 Responses to “ 777 Time machine (The Creation) ”

  1. Sophie K. on 9 février 2011 at 11 h 32 min

    Ah ouais, je les avais oubliés, merci !
    (Sinon, oui, je t’aurais bien vu en mini-Cooper et coupe au bol dans les rues de Londres à cette époque-là !)

    • KMS on 9 février 2011 at 14 h 07 min

      Oui mais non pour la coupe au bol.

      • Sophie K. on 12 février 2011 at 14 h 04 min

        Mouhahahahahaha !

  2. h63 on 9 février 2011 at 19 h 46 min

    Ca me fait « file not found », la musique

    • KMS on 9 février 2011 at 20 h 02 min

      Ah ça fonctionne pourtant, le fichier est bien là. Je ne sais que dire…

  3. LOw WARNER on 10 février 2011 at 1 h 39 min

    Ex-cel-lent !!!
    Que n’ aurais-je donné de même pour être témoin de ces novateurs dans l’ histoire du rock, pas seconds couteaux par ignorance, mais plutôt First Class avec la malchance. Des tueurs à single, je pense à « Can I join your band » entre autres petits chefs-d’ oeuvre de mélodistes niaqueurs, avec le bridge néo-classique que j’ avais pas vu venir à la première audition… la baffe d’ emportement… Encore une preuve de goût d’ enfer : KMS’ choice is a good choice !
    (mais pourquoi j’ suis né aussi l’ année de sortie du panthéon, 1966 ??!! Ratage de coche à pas s’ en remettre !)