219 Mardi matin

20 juin 2007 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

219 Mardi matin : Hood : Western Housing Concerns (Album : The Cycle Of Days And Seasons 1999)

Quand j’ai vu la couleur du ciel j’ai pris un disque de Hood. Derrière le pare brise je voyais ces nappes nuageuses avançant mollement au même rythme que je glissais dans les rues grises. Au carrefour, je regardais les roses fanées dans les plates bandes. Peut être qu’il faisait frais je n’en sais rien, parfois je ne sens plus rien. Je voyais des grilles, des barreaux, aux portes, aux fenêtres, ressemblant aux lamelles du store de mon bureau. J’ai pris Hood. A cause du ciel. Quelques gouttes de pluie sont venues s’écraser sur les vitres mais je les sentais sur ma peau.
J’ai mis Hood et c’était un peu comme si les rues étaient abandonnées, désertées. Comme si les gens n’existaient plus ou se fondaient dans le gris l’ennui et le béton. A moins qu’ils n’aient disparu, comme les roses fanées du carrefour où je tourne à droite. Je les regardais les roses, en attendant la flèche clignotante orange, celle qui permet de tourner sans attendre le feu vert.

Les autres roses étaient oranges et roses. Mais sales. Des couleurs sales, comme voilées par le gris des nuages. Les feux aussi étaient sales, poussiéreux.
Vers le port c’est le pire endroit, après avoir tourné au carrefour avec le feu à la flèche orange clignotante. Le port, un de ces ports improbables, situés en pleine ville à des centaines de kilomètres de la mer, à gauche de la route il y a ces tas de ferrailles rouillées et ces bâtiments délabrés qui semblent quand même abriter des bureaux, des gens je ne sais même pas s’il faut dire être humain j’ai du mal à les imaginer mais sûrement bien sûr. Parfois je me dis qu’ils doivent être aussi poussiéreux que les vitres, ou ternes, comme les déchets métalliques en tas informe à coté.

J’ai mis Hood et le ciel n’a changé en rien. Je me suis perdu dans mes pensées et je suis presque arrivé. Au virage, quand on débouche sur les barres HLM, le gris du ciel faisait des vagues mais je n’avais pas mon appareil, c’est dommage je l’avais enlevé la veille du sac à dos quel idiot.
J’écoutais toujours Hood. Je voulais prendre les roses fanées, en noir et blanc. Je voulais prendre les voitures. Je voulais prendre le ciel. Celui qui m’a fait écouter Hood.
Et puis il a plu.

Catégorie : Vieilleries

Comments are closed.