764 Matin figé (Joe Henderson)

4 janvier 2011 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

Joe Henderson : Power to the people (Album : Power to the people 1969)

Adobe Flash Player

(Photo ©KMS 2011)

Les bruits de la ville. Les odeurs. Ces gaz. Le souffle des instruments comme pour les chasser.

Je ralentis la démarche malgré l’accélération du tempo. Je noircis et blanchis le monde. Froid de l’hiver s’insinuant par le col, remonter l’écharpe. Peut être ça aussi cette histoire de souffle dans le tuyau, besoin de sentir un peu de chaleur.

Les gens n’en finissent pas de mourir. Les voitures n’en finissent plus de rouler, l’odeur. Cette atmosphère entre deux au matin, le trajet immuable, longer les murs un peu plus, une bulle sonore comme protection.

Le Fender Rhodes d’Hancock, trainer les pieds en contraste avec les doigts agiles sur le clavier, l’agilité qu’on ne trouve plus, les mots comme des notes tues, perdues. Des âmes immobiles au milieu d’un monde exalté toujours en mouvement. Ne plus savoir. Dans le ciel l’éclipse invisible, ciel de plomb. Ailleurs il a plu des oiseaux morts.

Plonger dans le passé, vers des temps d’utopies que l’on n’a pas connus, mouvement de balancier, aux rêves d’hier substituer l’implacable réalité et le sax qui pousse au cul. Pensées brouillées. J’ai cherché le sens de tout ça sans rien trouver. Une course dans le vide épuisante et stérile. Des lumières qui clignotent comme des sirènes hurlantes.

La folie mute dans des formes en spirales, il y a ce passage avant le solo d’Hancock, après les deux furieux au souffle de forge, où il joue sur les accords en rythme décalé, juste sur ces quelques secondes, s’envoler.

Les passants, le monde extérieur, et soi, immobile au milieu du mouvement, figé dans l’angoisse latente.

Tout se mêle, les traits lumineux sur la pupille, les notes du sax et de la trompette comme emporté dans le tourbillon.
Attendre. L’évaporation finale des harmoniques de la contrebasse. Se fondre, dans le gris de la médiocrité ambiante.

Tags : , , , ,

Catégorie : Jazz in my pants

3 Responses to “ 764 Matin figé (Joe Henderson) ”

  1. anakin on 4 janvier 2011 at 23 h 25 min

    Tof très chouette. Tu l’as retravaillé ?

    • KMS on 5 janvier 2011 at 8 h 32 min

      J’ai converti l’image en noir et blanc en accentuant le contraste c’est tout.

  2. anakin on 5 janvier 2011 at 21 h 13 min

    J’aime pas ce truc des oiseaux qui tombent comme des mouches. c’est même arrivé en Suède. J’espère que ce n’est pas à cause de ces foutus pétards.