223 Matinée musicale

29 juin 2007 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

223 Matinée musicale :
The Velvet Underground : I heard her call my name (Album : White light – white heat 1968)
Ornette Coleman : Eventually (Album : The shape of jazz to come 1959)

    

C’est peut être pour oublier le concert atroce de Lou Reed rejouant Berlin de samedi dernier, mais depuis lundi je me couche et me réveille avec les Quine Tapes. Les disques que j’amène dans la chambre ont parfois tendance à y rester plusieurs soirs/matins parce que j’oublie de les changer lorsque je vais me coucher. Mais là, je ne me lasse pas des enregistrements achetés une poignées d’euros il y a quelques mois et à peine écouté en raison d’un surbooking de la platine.
J’écoutais hier soir le 2ème disque où il y a une version apocalyptique de Sister Ray de 38mn même si elle n’égale pas la rage dont font preuve Reed et Cale sur la version studio, chacun voulant jouer plus fort que l’autre. D’ailleurs lors de l’enregistrement de ce morceau, l’ingénieur du son avait fini par s’en aller, désertant la console (« too much noise »).
Ce matin, par une coïncidence réjouissante, je lis cette belle interview d’Ornette Coleman dans The Guardian. Avez vous besoin de connaître une note pour avoir une idée? Devez vous réfléchir avant de faire une erreur? L’influence de la musique d’Ornette Coleman sur la 2ème face de White light – White heat est plus qu’évidente (He is Lou Reed’s hero), dans cette violence débridée et électrique. Alors comme c’est RTT aujourd’hui, j’en profite pour mettre Free Jazz enchaîné à I heard her call my name et Sister Ray (*).

Dehors l’été semble avoir définitivement déserté le ciel. Je repense aux mots d’Ornette, à ces idées qui me font défaut… If you don’t have ideas, what are you gonna do? The idea is the most universal, it doesn’t have any age, it doesn’t have any rules or superiors. An idea is an idea, whether it’s good or bad. The style cannot compete with the idea.

(*) Note prétentieuse : Comme tout le monde n’est peut être pas non plus censé connaître ce chef d’oeuvre du rock’n roll (mais vous avez tort), I heard her call my name et Sister Ray sont les deux chansons de la 2ème face de White light-white heat (sur la 1ère face on y trouve entre autre The Gift dont j’avais parlé il y a quelques jours).

Addenda : Je trouve sublimement beau le morceau 138 sur Killing Me Softly (jusqu’à dimanche soir). Il ne reste plus qu’un mois de Killing Me Softly, j’arrêterai avec mon départ en vacances et je ne rouvrirai pas la page à la rentrée. Je vais essayer de mettre des choses un peu différentes durant ce prochain mois (ou pas)(va savoir).

Catégorie : Obsessions, Vieilleries

Comments are closed.