756 Lazy sunday (Chet Baker)

12 décembre 2010 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

Chet Baker : Alone Together (Album : Chet 1959)

Adobe Flash Player

Chet Baker et Halema Alli (Photo : William Claxton), Redondo Beach 1955

La trompette de Chet pour percer l’indolence des dimanches après-midi de décembre sans non plus la bousculer. Un vieil enregistrement, il avait encore à cette époque là, sa gueule d’ange de jeune premier. Ça se gâterait vite dès la décennie suivante.

Il y a du beau monde autour. Le piano envapé, c’est celui de Bill Evans. Il va bientôt enregistrer Kind of blue avec Miles Davis C’est lui qui commence, tranquillement. Puis le premier fa de la trompette arrive, traînant, lent, enchaîné au ré et au mi sur un nuage. On est proche de la perfection dans ces trois petites notes toutes simples. On pourrait presque s’arrêter là et se repasser à l’infini les accords du piano et les trois notes de la trompette. On peut presque entendre la drogue lui couler dans les veines lors de ces trois premières notes.

L’enchaînement avec le sax est remarquable. Le gros sax baryton de Pepper Adams qui fait vibrer les enceintes. Le souffle qui fait craquer les notes. La flute d’Herbie Mann comme une pommade apaisante. Tout le disque est comme ça. Parfait pour l’inaction du dimanche, et imaginer les lumières de la ville dans le froid derrière la fenêtre.

Ça s’accélère un peu ensuite, pas grand chose, juste histoire de rester éveillé. L’articulation des notes de la trompette dans la facilité et le moelleux, comme de croquer dans un gâteau gourmand. Derrière, Chambers à la basse et Joe Jones à la batterie la jouent décontractés du swing.

On se prend à regarder le plafond, à oublier un peu. A étirer le temps comme un élastique. C’est peut être aussi parce que ce disque il date d’une époque où tout allait moins vite, il y a bien longtemps, je n’étais même pas né.

Ça donne envie de laisser trainer le temps comme ça, de se servir en verre, ne pas brusquer la douce torpeur. De remettre les trois notes de trompettes de l’intro. Avant l’agitation des jours à venir…

Tags : , , , ,

Catégorie : Jazz in my pants, Music of my mind

7 Responses to “ 756 Lazy sunday (Chet Baker) ”

  1. synecdoque on 12 décembre 2010 at 19 h 42 min

    merci. du coup j’ai remis l’album. il fait partie de ces valeurs sûres qui ont quasi un statut de résident permanent. ah les jukebox … au fait félicitations pour la Pro-Ject Xperience, joli bouzin !

    • KMS on 12 décembre 2010 at 19 h 49 min

      Je ne l’ai pas encore la platine, et puis il faut que j’écoute pour confirmer ce que j’ai pu en lire.

      Oui c’est un grand classique cet album de Chet, pas mon préféré mais pour glander y a pas mieux.

  2. PdB on 13 décembre 2010 at 10 h 38 min

    (tu sais quoi, la photo Redondo Beach Patti Smith et) le regard d’Halema, moi au lieu de la drogue (je sais) je dirais l’amour (mais maintenant, c’est que je suis un vieux type voilà) ou alors je dirais pas la mort mais presque… on a de la chance ce matin (c’est lundi)(j’adore le swing des deux derrière, là)(le piano, j’en dis rien, le sax et la trompette non plus)(mais le piano…)

    • KMS on 13 décembre 2010 at 15 h 05 min

      Oui alors connaissant la vie tumultueuse de notre ami Chet, il y a plus de chance que ça soit la drogue qu’autre chose vois-tu…

      • hlin on 13 décembre 2010 at 18 h 11 min

        amour, mort, drogue, on « tautologiserait » pas un peu?

        merci pour ces morceaux

      • PdB on 13 décembre 2010 at 22 h 10 min

        @ hlin : pire, on s’entre-glose… :°)) (mais le piano…)

  3. mb on 14 décembre 2010 at 10 h 59 min

    Hmm… c’est parfait! J’adore, ce sera mon disque de décembre…