266 Make it rain

17 octobre 2007 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

266 Make it rain : Tom Waits : Strange weather (AlbumBootleg : Tales from the underground 1997)

Le ciel de ce matin ressemblait à une impasse borgne mal éclairée, il ne manquait que les odeurs de pisse (allez lire) pour y croire, surtout qu’il tombait une pluie pas franche, un peu sournoise.
Et puis j’ai suivi les voitures, avec les phares coulant mollement dans les gouttes d’eau accrochées au miroir du rétroviseur. J’ai suivi les voitures, comme les autres en fait, on faisait une file, je me demandais si celui qui était en tête savait où il allait. J’en ai suivi d’autres ensuite.
Il n’y a plus d’horizon ici, on est toujours derrière quelqu’un, quelque chose, un mur de béton gris ou un voile de fumées d’échappement. On ne voit plus au loin qu’on n’en voit même plus le bout de ses doigts. Les miens, parfois, je les distingue seulement lorsqu’ils remontent le long de tes bas en les faisant crisser.

J’ai mis une musique avec de la pluie, plus tard, parce que ce matin j’étais encore à écouter ces gens avec leurs problèmes de pouvoirs, de territoire, de jalousies mesquines. Ils doivent prendre mon silence pour un acquiescement, un signe éventuel de compréhension alors ils s’épanchent, balancent leurs rancoeurs, leurs saloperies .

Ils n’écoutent pas de musique. Ou de la mauvaise. Ou ils l’écoutent mal. Je le vois, je le sens. Dans leurs mots, leurs attitudes. Pour eux je suis certain, il y a un coté futile dans la musique. Ou il faut qu’elle soit sérieuse (mais pas sérielle). Je dis ça mais je n’en sais rien finalement. J’ai juste envie de le penser. Dans la voiture de l’un d’eux, l’autre jour, j’ai vu un cd, remasterisé, forcément remasterisé, d’un disque à gros succès bien américain de la fin des années 70. Un truc surproduit avec des cloches dedans et un chanteur gras du bide. Je l’ai toujours trouvé infâme ce disque. J’avais une copine à la fac qui l’aimait beaucoup mais je ne lui en ai jamais voulu, peut être parce qu’elle avait de gros seins.

J’ai mis une musique de pluie parce que celle sournoise de ce matin je trouvais qu’elle ne faisait pas de bruit, je trouvais ça louche. La pluie ça fait du bruit, des sons, de la musique. Il y avait même un chanteur Toulousain qui trouvait qu’elle faisait des claquettes sur le trottoir à minuit. J’ai tourné la tête pour regarder l’heure sur le combiné téléphonique, il n’était que 16h49.
Il ne pleuvait plus depuis longtemps de toute manière. J’écrivais ça au lieu de mettre des chiffres dans des cases. C’était ma récréation.

(Photo : Phédia Mazuc)

Catégorie : Vieilleries

Comments are closed.