742 Sur les quais (Enrico Rava)

5 novembre 2010 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

Enrico Rava : Interiors (Album : New-York days 2009)

Adobe Flash Player

(Photo ©KMS 2010)

Vendredi soir. J’ai repensé à Kerouac, à la fin de Sur la route, en passant sur le pont, « Ainsi donc, en Amérique, quand le soleil descend et que je suis assis près du fleuve sur le vieux quai démoli, contemplant au loin, très loin, le ciel au-dessus… »

Vendredi soir, on porte sur les épaules tout le poids de la semaine. On arrive au crépuscule, avec ces lumières déclinantes comme encore des espoirs s’accrochant aux branches.

Vendredi soir, je me suis arrêté sur le pont. J’ai repensé, à ces films noirs des années 50, où l’on finissait toujours par avoir ce plan du héros dans sa voiture, traversant les rues de Paris désertées par l’heure tardive, avec les essuies-glaces au ralenti peinant péniblement au rythme des cymbales sur les gouttes d’eau s’écrasant mollement sur le pare-brise pendant que derrière, derrière, la trompette n’en finissait pas de geindre. Dans ces moments là, le héros, on l’entendait réfléchir, en silence, en écho avec la trompette pleurant ses notes de négritude.

Vendredi soir, rythme lent, relâchement, au-dessus du port je me suis arrêté pour figer le temps, le temps d’un cliché. A gauche les voitures filaient sur le quai en traits lumineux. Je sentais derrière moi, les voitures, au ras du trottoir, avec à l’intérieur, ces existences vides, compressées, indifférentes.

Vendredi soir. Dans l’air frais j’entendais les stridences de la trompette s’élevant dans les airs sur les eaux noires du port artificiel. J’ai arrêté le temps, figeant la fuite de mes pensées intérieures, en appuyant sur le déclencheur.

Tags : , , , , , ,

Catégorie : Ecoute s'il pleut, Jazz in my pants

6 Responses to “ 742 Sur les quais (Enrico Rava) ”

  1. Richard on 7 novembre 2010 at 11 h 19 min

    Tout y est, l’ambiance picturale, le mot, la note noire. Ah non, il manque la cigarette du héros. Ou alors ses gants en cuir blanc crispés sur le volant. Ou les deux.

    • KMS on 7 novembre 2010 at 12 h 21 min

      Je n’avais pas de Hotchkiss ou de Packard (ni même de 403 ou d’Aronde) sous la main alors du coup j’ai fait l’impasse :-)

  2. PdB on 7 novembre 2010 at 14 h 46 min

    tu as bien fait de t’arrêter et tu devrais le faire plus souvent tu vois (tu l’as en couleurs ?) (si oui, montre un peu qu’on voit comment tu travailles) (steuplé)… (musique un peu trop déstructurée pour moi, mais j’en aime l’ambiance…)(j’aurais bien mis ce que j’ai fait vendredi soir parce que c’était bien comme tout)(mais j’ai juste le temps de passer et de me remettre à ce putain de bordel de merde de travail à la con qui me prend un peu trop de mon temps simplement pour donner à manger et un toit, du chauffage et de l’eau chaude à mes mômes- et à moi) (dlamerde)

    • KMS on 7 novembre 2010 at 18 h 54 min

      Elle est pareille en fait en couleur, j’ai fait une conversion simple en n&b (ok avec les bons filtres mais pas de traitement spécifique). J’en ai une autre prise de l’autre coté du pont que je mettrai en couleur un de ces jours. Sinon oui il faut que je le fasse plus souvent, il y deux ou trois trucs à prendre dans ce coin là et je n’ai pas terminé.

  3. drgbs on 8 novembre 2010 at 15 h 48 min

    autre élément important l’arrière plan de la route qui est en fait projeté sur un écran derrière le héros qui conduit une voiture immobile, dans un studio

    • KMS on 8 novembre 2010 at 16 h 22 min

      Oui mais il y a plein de plans où tu les vois passer sur des boulevards Parisiens déserts à part quelques dauphines ou tractions avant égarées, je pensais plutôt à ça.