277 Low voltage

9 novembre 2007 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

277 Low voltage : Mark Kozelek : Walk all over you (Album : If you want blood 2001)

Le sommeil haché une nouvelle fois la nuit dernière. Les odeurs de peinture flottant dans le couloir n’arrangent en rien le sentiment de puissante lassitude m’envahissant ce matin.
Ils repeignent les portes des toilettes en un vert pâle pisseux fort opportuniste compte tenu de la destination de celles-ci. Peut être pour cela, les odeurs de peinture, que j’ai mis cette musique atmosphérique Allemande. Ou à cause du ciel en perpétuel changement ce matin. Ou pour trouver une certaine harmonie improbable.
Les paupières brûlaient trop pour se fixer sur une musique aujourd’hui. Entre deux eaux sans y être vraiment, un de ces jours où l’on n’est pas à sa place où le mouvement s’impose comme incessant pour ne pas s’insupporter. J’ai erré toute la journée. Sans réussir à cristalliser ma somnolence lascive.

Nota : Je crois que je n’arrive pas à me lasser de ces reprises d’AC/DC par Mark Kozelek. A tel point que pour certaines chansons, la reprise a supplanté l’original dans mon esprit. Comme pour Walk all over you qui a pourtant toujours été ma préférée sur Highway to hell. J’écoutais souvent ce disque à sa sortie en 1979, je l’avais copié sur une cassette pour le mettre dans la voiture.

Il y avait toujours de grosses discussions avec Marc, que je prenais parfois au passage pour aller à la fac. A chaque fois il fallait que je mette Highway to hell mais il préférait Night prowler, malheureusement pour lui en fin de 2ème face et donc à la fin de la K7 (j’ai toujours été un adepte des C90). Il espérait toujours, sans succès, que j’avance la bande. On arrivait toujours à la fac avant la fin de la première face du vinyle.

Je le ramenais aussi le soir ces jours là. Il habitait derrière l’hôtel des impôts, dans un immeuble en longueur en contrebas. Mais on arrivait toujours chez lui avant Night Prowler. Alors il me disait vas-y coupe le moteur tu as bien 5 minutes, rien que pour pouvoir écouter Night Prowler. Je disais non pour le principe, il insistait et puis on entendait l’aspiration de Bon Scott alors je tournais la clef de contact, mais pas trop pour ne pas couper l’autoradio, on montait un peu le son et on écoutait ce morceau en laissant nos bras pendre par la vitre et en braillant I’m your Night, Night Prowler comme les deux crétins de Wayne’s world

Catégorie : Obsessions, Vieilleries

Comments are closed.