289 Liste

4 décembre 2007 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

289 Liste : Can : Don’t Turn The Light On, Leave Me Alone (Album : Soundtracks 1970)

Le dégoût de la banlieue, de la circulation, du gris, du poisseux.
Un filet d’air froid qui remonte le long du dos en descendant l’escalier pour retourner à mon bureau.
Des vieux disques d’une autre époque. La fin de quelque chose ou, avec le recul, le début de la fin. C’est toujours la fin d’une époque pour quelqu’un.
Une bouteille d’eau. Une baguette de pain. Des objets quotidiens.
Une envie de vin blanc. Et de fromages. Les deux ensemble.
Des feuilles mortes dans le caniveau.
Des chiffres encore toujours.
Des traces de peinture. Une fille aux jambes nues marche sur le trottoir.
Des sirènes, ambulance, police, pompiers. Le reflet du soleil dans une vitre de l’immeuble en face.
La farine du pain sur le cuir marron de la manche droite de mon blouson.
Le bruit de pas sur le gravier. Crounch crounch.
Un disque post punk. Un garçon la tête baissée les épaules rentrées qui passe une fois deux fois dix fois combien de fois dans le couloir.
Un porte clé en plastique vert avec une étiquette blanche et des lettres tracées au stylo noir (illisible).
Fatigue
lassitude
ras le bol
envie de rentrer la maison
envie de campagne humide et de musique

Le Monde. Les nouvelles sont mauvaises d’où qu’elles viennent. Une envie de chocolat.
Une jolie (très) chanteuse Danoise qui s’appelle Henriette comme ma grand-mère paternelle.
Une sonnerie de téléphone ignorée. Un disque (vraiment) superbe. Le souvenir d’un ponton en bois s’avançant vers la mer et d’un restaurant fait avec des planches de bois sur la plage, servant des soupes et des salades.
L’indifférence.
Des scooters au pot d’échappement trafiqué.
Le jour qui baisse, baisse. La lampe de bureau à la lumière jaune. Des voix étouffées provenant de quelques bureaux plus loin. Des enfants qui passent le trottoir.
La nuit maintenant. Les gens partent.
Le faisceau des phares des voitures entrant par la fenêtre lorsqu’elles tournent au carrefour.
Le silence dans les couloirs. La musique dans le bureau plus forte. Des bruits de papiers froissés, manipulés, imprimés, jetés, classés.
Par moment des bruits de talons claquant sur le sol du hall. Le silence à droite. Le bruit de la circulation sur le boulevard à gauche. Bruits de fond.
Et puis quoi.
Partir.

Catégorie : Vieilleries

Comments are closed.