305 Sound of silence

13 janvier 2008 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

305 Sound of silence : Lilium : Whitewashed (Album : Short stories 2003)

Ca commence comme ça avec deux accords de rien, le genre de truc que tu trouves tout seul sur ton piano et puis c’est tout, juste deux accords, des glissements de notes, tu les répètes et puis quoi ensuite, juste ces deux accords, en boucle, avant de refermer le piano parce que tu voudrais aller plus loin, chercher la suite mais il n’y en a pas.
Sauf que quand toi tu fermes le piano, là dans la chanson, avec les deux accords, les deux accords que tu pourrais trouver tout seul comme ça sur ton piano en y posant les doigts un peu au hasard, dans la chanson il y a la voix de cet halluciné de David Eugene Edwards, aussi le ronronnement d’un archet sur des cordes graves. Et puis ça sent un peu la poussière aussi, la poussière d’ailleurs, pas celle d’ici. La poussière de terre. La poussière d’arrière cour où traîne sûrement de la mécanique rouillée abandonnée. Un truc dans le genre. Ca sent le vent et le soleil froid aussi. Le vent qui fait bouger les herbes en silence. C’est ça aussi oui. Ca sent le silence.
Tout quoi. Tout ce qui reste coincé entre les touches du piano quand tu l’as refermé.
Tout le disque à cette odeur spéciale. L’odeur qui fait fermer les yeux un dimanche soir. L’odeur du vent silencieux.
Si tu ne fermes pas les yeux en écoutant ce disque ça ne marche pas de la même manière. Ils auraient dû le marquer sur la pochette. Fermer les yeux pour voir le vent du silence. Celui qui fait bouger les hautes herbes là-bas, ailleurs.

Tags :

Catégorie : Vieilleries

Comments are closed.