318 Vibrations

9 février 2008 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

318 Vibrations : Tony Conrad with Faust : The Side Of Man And Womankind (track 3) (Album : Outside the Dream Syndicate Alive 2005)

« Chromatisme, accords, harmonie, dissonance, rythme et composition; Rothko peignait en écoutant de la musique, il jouait de la mandoline et beaucoup de piano sans avoir reçu une formation. Il aurait voulu être musicien. Il désirait donner à sa peinture « la même acuité expressive que la musique».

L’évidence de ses tableaux vient de leur simplicité. Une apparence de simplicité. Pauvreté extrême et richesse tout aussi extrême, comme un ensemble orchestral dont les instruments entreraient, au fur et à mesure, d’une lente durée, dans un tutti qui serait toujours en chemin, pour faire entendre les harmoniques d’un accord complexe. Entre le silence et le grand orchestre.
Youssef Ishaghpour : Rothko. Une absence d’image : la lumière de la couleur

La peinture de Rothko est vibration(s), tout comme la musique, peut être pour cela qu’elle me fascine. Je n’en avais pas vraiment pris conscience avant de lire ce livre.
Il est tout aussi déplorable de regarder un de ces tableau en petit format sur un écran que de ne prendre qu’un extrait du concert de Tony Conrad et Faust de 1995, mais il m’a semblé que ces deux là partageaient des vibrations communes.
On retrouve ici en contrepoint, la même apparente « fausse » simplicité d’une complexité et d’une profondeur surprenante.

                                                                                                 (Mark Rothko : Untitled (black on grey 69/70)

P.S : Et la playlist

Tags :

Catégorie : Rien, Vieilleries

Comments are closed.