703 J’aime #3 (Dream Syndicate)

30 juin 2010 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

The Dream Syndicate : That’s what you always say (Album : The Days of wine and roses 1982)

Adobe Flash Player

J’aime de manière déraisonnable cet album à la pochette bleue et blanche, que je place au même niveau que celui à la pochette bleue des Feelies, le premier, des albums très très haut sur l’échelle du Velvet Underground (le plus grand groupe du monde de l’univers infini (et au-delà)). Un endroit où gravitent également le premier Modern Lovers ou le Fire of love du Gun Club. Des disques dans ce style là.

J’aime le son de ces guitares, le feedback hurlant comme des tôles rouillées froissées après le solo de That’s what you always say au milieu, surtout le feedback après le solo, je pourrais écouter ce passage en boucle des heures durant. Tout comme celui de l’introduction de When you smile et sa référence à Heroin de Lou Reed (du Velvet Underground, le plus grand groupe du monde de l’univers infini (et au-delà). Et le son des guitares d’Halloween, bon sang le son des guitares d’Halloween… (et de Days of wine and roses)(et de…).

J’aime le nom de Syndicat du rêve parce qu’il est plein de promesses, aussi parce qu’il vient du Dream Syndicate de La Monte Young (dans lequel a d’ailleurs collaboré John Cale du Velvet Underground, le plus grand groupe du monde de l’univers infini etc), même s’ils n’ont jamais tenu les promesses de cet album ensuite. Mais si les rêves devaient tenir leurs promesses…

J’aime l’idée que ce disque fasse partie d’une hypothétique sélection d’albums d’île déserte s’il me prenait l’idée saugrenue d’aller m’exiler sur une île déserte avec seulement un nombre limité de disques ce qui est une idée encore plus idiote que d’aller s’exiler sur une île déserte.

J’aime que cet album soit encore assez méconnu, comme d’ailleurs le premier Feelies, pour ne pas que l’on colle une des ses chansons sur une pub pour des assurances ou pour vendre une voiture Allemande ou de l’eau minérale. Il y a des bonheurs à ne pas gâcher.

(on pourra écouter discrètement et à discrétion l’album en entier ici)

Tags : , ,

Catégorie : 1981, J'aime

6 Responses to “ 703 J’aime #3 (Dream Syndicate) ”

  1. gilda on 1 juillet 2010 at 20 h 31 min

    J’aime beaucoup l’idée d’une île déserte néanmoins pourvue de batteries ou d’électricité et de tout équipement requis pour pouvoir écouter des disques. Une île déserte trois étoiles, en somme.

    Boutade à part, merci pour la découverte, une fois de plus.

    • KMS on 2 juillet 2010 at 8 h 55 min

      Non, non, la poste ne livrerait pas les disques sur une île déserte. Mauvaise idée je crois.

  2. PdB on 2 juillet 2010 at 12 h 07 min

    Robinson un vendredi : je détesterai ça… (l’idée de l’île déserte est con)
    plutôt qu’un disque, j’emmènerai mon amie…
    la musique a quelque chose de tellement simple, on l’impression d’avoir entendu ça partout, non ? j’aime bien les guitares et tout d’ailleurs (le nom du groupe)

  3. rom on 2 juillet 2010 at 22 h 24 min

    Grand disque. On y retrouve aussi des échos à venir chez Yo La Tengo (« Then She Remembers »)

  4. Dahu Clipperton on 4 juillet 2010 at 1 h 50 min

    Je me dis que les jeunes gens de Galaxie 500 n’y étaient pas insensibles, non plus… Les guitares sur ce disque, c’est sûr, la batterie, moins, quand même… Et puis tant qu’à faire mon chieur, je le place pas aussi haut que les Velvet, Feelies et Gun Club. (ouh punaise je vais me faire excommunier^^)

    Mais sinon, des fois je me demande si tu le fais pas exprès : « That’s what you always say », c’est précisément ma favorite du Dream Syndicate ;D

  5. wize on 25 décembre 2010 at 22 h 52 min

    bravo….
    Arriver à caser Velvet Underground, Modern Lovers, Gun Club dans la même phrase, reste une relativement belle performance par ces temps qui courent !

    Au plaisir de vous lire…
    w