699 La 13ème note (Leonard Cohen)

21 juin 2010 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

Leonard Cohen : Seems So Long Ago, Nancy (Album : Songs from a room 1969)

Adobe Flash Player

Je voulais reprendre depuis longtemps ce vieux texte paru dans un recoin un autre 21 juin il y a déjà quelques années maintenant comme dans une autre vie. C’est parfois le manque de temps mais pas seulement qui finit par avoir raison de la procrastination…


Caroline dit : « En fait on devrait écouter le silence aujourd’hui, plutôt que tous ces braillards dans la rue, c’est de la musique aussi le silence »
« Ça en fait partie, il n’y aurait pas de musique sans le silence. Le silence c’est la 13ème note »
Caroline ajuste la barrette dans ses cheveux : « Ça porte malheur le 13. C’est pour ça qu’on a oublié le silence. Le rêve ça serait une touche en plus sur les claviers pour jouer le silence »
« C’est joli. J’aime bien quand tu rêves. Mais il suffit de ne plus jouer pour qu’il y ait un silence  »
Caroline dit en haussant les épaules : « C’est pour ça qu’on ne le joue pas. S’il y avait une touche pour le silence ça serait plus facile. »
« Et pour la guitare? Tiens je vais mettre Leonard Cohen, c’est presque du silence. »
Caroline fait cette moue qui te plait tant et dit « Il faudrait une corde silencieuse… C’est beau. Sa voix. L’ambiance. Fait voir la pochette. »

« La photo au dos est superbe. Je crois que j’aime autant ce disque pour la photo que pour la musique. »
Caroline grimace : « A cause de la blonde. M’étonne pas »
« Cohen c’est de la musique blonde de toute manière. Elle est terriblement sexy comme ça en train de taper sur sa remington portative, drapée dans sa serviette humide. L’ambiance est superbe. C’est une photo énigmatique »
Caroline dit :  » Une blonde qui tape à la machine. Où est l’énigme? Elle tape quoi d’ailleurs. Elle écrit les paroles des chansons? »
« Nan tu veux rire, c’est Cohen. Il pourrait être en train d’écrire des paroles de chansons mais je ne pense pas. Peut être qu’elle tape le manuscrit de Beautiful Loser, le livre qu’il écrivait à l’époque. Ou ses poèmes. Elle date d’avant son premier disque cette photo. Elle a été prise dans la maison où il habitait sur l’île grecque d’Hydra au début des années 60. Il n’était pas connu Cohen à l’époque. C’est un livre étrange d’ailleurs.
Le minimalisme de la pièce va bien avec la quasi nudité de la fille. On peut sentir le désir qu’il a pour elle en prenant son cliché. C’est pour ça qu’elle sourit. Et puis on sent la chaleur derrière les murs, le soleil qui pousse derrière les volets en bois.  »

Caroline étend ses jambes sur la table du salon :  » Pourtant ça s’appelle Songs from a room. Les chansons de la pièce de la photo. Non? »
« Va savoir. Elles sont venues plus tard les chansons. Mais elles étaient peut être déjà dans sa tête. »
Caroline te coupe en laissant ses doigts glisser le long de sa jambe :  » Toi c’est autre chose que tu as dans la tête avec cette blonde et sa machine. C’est décevant ton fantasme.  »
 » Ce n’est pas un fantasme. Juste un rêve. »

Caroline lève les yeux au ciel : « Je la connais cette chanson. Il y a une version où le type de Noir Désir chante. »
« The partisan. C’est sur Low Estate des 16 Horsepower. Belle version mais je préfère l’originale. Elle me file toujours la chair de poule. »
Caroline écoute les yeux fermés et dit : « Tu aurais fait quoi pendant la guerre? »
« Je ne sais pas. Comment savoir. C’est facile de dire maintenant qu’on aurait voulu être résistant. J’espère que j’aurais gardé ma dignité. Sale époque »
Caroline ouvre les yeux et te regarde fixement :  » Ouais. Difficile à dire. J’aurais pas aimé. Vivre ça. La guerre. Ça donne envie de mourir la guerre, pour ne pas la voir. Elle est triste cette chanson. Triste comme un été sans soleil. »
« Elle parle d’une fille qui s’est suicidée. C’est une chanson magnifique. Il fait des miracles avec sa guitare classique et sa voix. On retrouve un peu l’ascétisme de la chambre de la photo et ses murs blancs. Juste l’essentiel. Quelques détails. Pas de superflu »

Caroline caresse son épaule avec la pointe de ses cheveux : « Même la serviette de la fille? D’ailleurs c’est peut être une robe. Hyper courte. »
« La serviette c’est mieux, ça s’enlève plus vite. Et puis elle n’est pas superflue, juste essentielle, comme le reste. Elle serait nue sinon et la photo perdrait tout son charme. La serviette c’est plein d’espoirs. »
Caroline se lève et regarde par la fenêtre : « Il a une voix troublante ton Cohen. Je ne sais pas comment dire, mais troublante. Une voix qui te rentre à l’intérieur. Qui c’est la fille? »
« C’est Marianne Jensen, la Marianne de So long Marianne, peut être bien la Jane du Famous Blue Raincoat aussi. »
Caroline souffle: « Mais qui sont ces gens ».
« Des chansons, juste des chansons sur des gens, juste des gens dans des chansons. Des chansons sur des histoires compliquées. Cohen était ami avec le mari de Marianne, il lui a piqué sa femme mais ils étaient amis. Enfin peut être encore après. Tu sais, des relations sophistiquées »
Caroline dit avec une pointe de jalousie : « C’est trop compliqué pour moi les relations sophistiquées. »
« Famous blue raincoat raconte une histoire en triangle comme ça. Sûrement cette histoire là. Elle mériterait un livre entier cette chanson. »

Caroline te fixe de son regard azur : « Elle est sur ce disque la chanson sur son imper bleu? »
« Non. L’album d’après. L’album noir et blanc. Pour contraster avec le blanc et le noir de celui-ci. Ou pas d’ailleurs.
Caroline fait tinter les bracelets à ses poignets : « Encore une énigme? Qu’est-ce qu’elle est devenue la fille? »
« Je ne sais pas. Peut être qu’elle regrette la vie sur cette île avec Léonard. Peut être qu’elle l’a oublié depuis longtemps. Je ne crois pas. Ou la photo est accrochée au mur chez elle et elle a peut être des petits enfants à qui elle raconte l’histoire de cette photo parce qu’elle a une histoire. Est-ce qu’elle leur fait écouter les disques de Cohen? Va savoir. »
Caroline s’étire malicieusement sur le canapé : « La fameuse énigme? »
 » Peut être. Avec ou sans énigme, ce disque est très beau dans son dépouillement. Comme la fille. »
Caroline pose son doigt sur ta bouche : « Chuuuut. Presque du silence. »

Tags : , , ,

Catégorie : Music of my mind, Sexties, Vieilleries

19 Responses to “ 699 La 13ème note (Leonard Cohen) ”

  1. Piedo on 22 juin 2010 at 9 h 49 min

    ‘tain, j’avais pas écouté Cohen depuis une éternité. Je pense que c’est toute la hype de ces derniers concerts à 10 000 dollars la place qui m’a vacciné.

    Et puis là, bam. Superbe album, superbe texte.

    Et c’est vrai, quoi, cette pochette a un truc à part.

    • KMS on 22 juin 2010 at 10 h 52 min

      Ou imais Cohen tu peux le laisser de coté pendant longtemps et le reprendre quand tu veux c’est toujours aussi beau (enfin pas ces derniers concerts…).

  2. Piedo on 22 juin 2010 at 9 h 51 min

    Ses derniers concerts. J’ai besoin d’un café, moi.

  3. Richard on 22 juin 2010 at 10 h 24 min

    « La personne sur la pochette est Marianne Ihlen la compagne de Cohen à cette période. La photo a été prise dans la salle de musique de la propriété que Cohen acheta le 27 sept. 1960 dans l’île Grecque de Hydra. »

    Vincent Delerm a fait une courte chanson sur cette fameuse photo, « From A Room ».

    • KMS on 22 juin 2010 at 10 h 55 min

      Oui c’est elle, Ihlen c’est son nom de jeune fille, elle était marié à Axel Jensen quand Cohen l’a rencontrée sur Hydra.

      N’écoutant pas Delerm, forcément je ne connais pas la chanson. Mais je viens de regarder et c’est un disque sorti bien après que j’ai déjà parlé de cette pochette donc il m’a tout piqué ce salaud ! :-)

  4. Vaness on 22 juin 2010 at 10 h 38 min

    A 10h30, c’est une chanson qui passe super bien (ce mec sait toucher la corde sensible, y’a pas) et le texte vient ajouter quelque chose de tout aussi touchant.
    Bref, tout bon ;)

    • KMS on 22 juin 2010 at 10 h 55 min

      Cohen ça marche le soir et le matin, c’est pratique.

  5. F on 22 juin 2010 at 14 h 14 min

    je prolonge sur Spotify, beau cadeau one more time

    • KMS on 22 juin 2010 at 19 h 18 min

      Evite le dernier live, celui de sa dernière tournée, c’est sans intérêt.

  6. gilda on 22 juin 2010 at 15 h 33 min

    Pour la blonde, j’aurais dit comme Caroline. :-(

    • KMS on 22 juin 2010 at 19 h 15 min

      Tss tss tss

  7. PdB on 22 juin 2010 at 15 h 48 min

    l’amour, y’a que ça de vrai, pas à dire, même si c’est en pure perte…
    allez, il fait beau, et sur Hydra y’a jamais une voiture, juste des ânes, pour le silence, quand les bestioles la ferment, il n’y a pas mieux (surtout maintenant, là, en juin) (et aussi « caroline says that i’m just toy, she wants a man not just a boy… » chuuut)

    • KMS on 22 juin 2010 at 19 h 17 min

      Non tu es allé sur Hydra? Je suppose que ça a dû changer depuis l’époque de Cohen. Mais j’irai bien un jour, juste comme ça, pour essayer de retrouver sa maison.

      J’en avais fait un sur le Lou Reed de Berlin de texte comme ça avec Caroline dit, c’était même le premier. Je le reprendrai un jour aussi.

      • PdB on 22 juin 2010 at 21 h 41 min

        il y a une trentaine d’années, oui, c’est à juste une demi-heure du Pirrée, c’était mignon, sans bagnole, escarpé, assez style Goa orienté fumette poudre lalala, pas de plage des rochers, sympa comme tout, un peu trop touristique dans la journée… avant d’y arriver, un peu moins touristique mais très jolie aussi il y a Poros et au bout de la route du bateau Spetses pour la balade en bateau (si ce sont des hydroglisseurs, c’est pas la peine en même temps…)

  8. Waglioni on 24 juin 2010 at 2 h 18 min

    Oui, quel naufrage la vieillesse ! Quelqu’un qui fut un poète inspiré et contestataire, antimilitariste, aller se produire en Israël à quelques jours des massacres perpétrés par sa glorieuse armée, celui-là n’a plus droit à aucune admiration. Bien dommage et rideau définitif.

  9. constance on 24 juin 2010 at 17 h 04 min

    Elle a de la chance Caroline………. merci pour ce site que je découvre ! chouette j’ai 699 messages à rattraper.

  10. Moonshoes on 22 juillet 2010 at 16 h 16 min

    Bonjour, est-ce que l’auteur du site pourrait m’écrire s’il vous plaît, j’ai une requête !

    Merci

  11. Moonshoes on 22 juillet 2010 at 16 h 16 min

    Bonne adresse email ;)

  12. roger on 4 octobre 2010 at 15 h 03 min

    Bonjour,
    Quelqu’un connait-il l’origine de la chanson sur Nancy. Sur cette femme énigmatique et triste? C’est probablement la chanson qui me touche le plus c’est pourquoi j’aimerais en savoir plus.
    D’avance Merci évidemment!