689 Midnight summer dream (Charlie Haden)

21 mai 2010 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

Charlie Haden : Vignette Album : Montreal Tapes Vol.4 1998)

Adobe Flash Player

C’est le week-end et la pause de trois jours sera appréciée. C’est le week-end et il faut souffler.
Il a suffit d’un instant, la seconde nécessaire pour écrire Haden pour avoir envie de l’écouter ce midi.
Haden et sa contrebasse de géant. Comment faire pour maîtriser un tel monstre? On ne va pas refaire le coup de la contrebasse, mais les mains qu’il faut avoir pour jouer d’un monstre pareil. Le coeur aussi.

A midnight summer dream.
A l’origine, ce morceau est sur Tales of another et c’est Jarrett qui a le piano. Ce soir, c’est le pianiste cubain Gonzalo Rubalcaba qui s’y colle avec brio. Il avait 26 ans Gonzalo quand à été enregistré ce concert à Montreal et on sent la fougue de sa jeunesse sortir par vague de son piano.

On est en juillet, il fait chaud sur Montreal, un truc à s’allonger sous les arbre en regardant les étoiles. Les musiciens devaient sentir la chaleur comme un cocon moelleux autour d’eux, la grâce de ce soir là elle ne tient peut être qu’à ça, dès les harmonique de la contrebasse dans l’intro (il aurait pu pleuvoir aussi le soir du 3 juillet 1989 mais je n’y crois pas, la musique aurait été différente sous la pluie).

Il y a une respiration incroyable dans ce morceau, dans les accords qui restent en l’air, vers 2 minutes 25, quand le morceau démarre vraiment, après les préliminaires, quand Motian frise ses cymbales. Cet air en vibration qui s’envole.

La suite, tout, la contrebasse qui gronde, les notes de piano comme les cordes d’une harpe balayées d’une main leste. On donnerait quoi pour être comme ça sous les étoiles à écouter ça.

(C’est Philippe qui m’avait donné ce disque il y a quelques années maintenant, le temps passe si vite, il y a des disques que l’on n’oublie pas, celui là en fait partie)

Tags : , , , ,

Catégorie : Music of my mind

10 Responses to “ 689 Midnight summer dream (Charlie Haden) ”

  1. rock_0la on 21 mai 2010 at 21 h 12 min

    Il faut que t’arrêtes de me donner des envies de disques comme ça toi ;) … j’avais un peu levé le pied mais là je sens que je vais me faire chopper pour excès de vitesse avec récidive ! Charlie Haden je craque

  2. PdB on 21 mai 2010 at 22 h 20 min

    j’aime bien écrire quelque chose avec ta musique, kms, y’a quelque chose, je ne sais trop quoi, qui porte un peu à la rêverie, à l’hypnose, au passage et au partage, j’en sais pas grand chose (je sais que j’aime les batteurs, par dessus tout) et le piano aussi, et la contrebasse pourquoi pas, tu vois, ce genre de gaieté (aujourd’hui j’ai appris que les Anglais appellent les jours comme aujourd’hui – pour les salariés, c’est un jour qui commencent un pont – je précise pour les autres (dont je suis) (qui ne font pas spécialement la part des choses avec les fêtes et merdre) – les rosbeefs donc les nomment « youpi day » (en même temps youpi chez eux…) bon n’importe c’est une musique qui veut vivre, t’as raison, allongés sous les arbres à regarder les étoiles, et tu vois, tout à l’heure, sur le quai, on buvait tranquillement un jus de fruits, et le ciel et le soleil qui s’en allait, et on parlait de choses, des enfants, les anniversaires, les vacances, d’autres, tu vois ce qui se passera bientôt, on organise, on discutait, elle avait pris sa veste mauve et marron, elle avait mis un jean de son fils, la contrebasse qui entre, le soleil qui frappe, juste à côté de chez Pierre Ménard, juste là, et on parlait, elle se faisait une cigarette, des gens étaient là aussi, il y avait cette chaleur sympathique de début de printemps, pas le truc lourd de la fin juin, un truc un peu piquant encore (comme elle) et le temps passait, j’avais mis ma veste sur la chaise, derrière moi, on parlait aussi du travail, des gens qu’on côtoie, de ceux avec qui on aimerait travailler, d’aller voir le film de Godard ou la pièce d’Ariane Mnouchkine on parlait, on a repris la rue, le boulevard, la musique s’est terminée, je l’ai remise, parce que les morceaux j’aime les passer en boucle quand je les aime, et tu sais, moi, le piano, même parce que ma fille, dans la pièce du fond en joue, ou même parce que dans l’autre pièce du fond, elle joue aussi du clavecin, même parce que c’est là, et parce que voilà, c’est le printemps, et qu’on y voit l’été, les jours qui restent, et les nuits si courtes, presque des moments où je suis né (après demain, 17 ans plus tôt, c’était ma fille pianiste, là) et que le temps passe, et que les années s’additionnent, n’importe, l’un des meilleurs moments de l’année (avec septembre, moi je dis) et cette musique, oui, et elle qui s’en va faire ses courses, moi, voiture, le ciel au dessus des buttes, le long de la rue, ce bleu, cette orangée huit heures et demie, ce soir…

    • KMS on 22 mai 2010 at 18 h 04 min

      Ça doit être ce qui m’attire aussi, le truc qui porte à la rêverie. Enfin il y a des jours pour ça, des instants, où je vais plus vers ces musiques. Ça n’est pas réfléchi, juste instinctif. Après il doit avoir également des instants où la musique on la reçoit comme ça. Je ne suis pas certain que cela soit super clair ce que je raconte…

  3. Philippe De Jonckheere on 22 mai 2010 at 11 h 47 min

    Et quand il monte sur scène avec Don Cherry et Ed Blackwell (le disque de ce concert-là existe mais il n’est pas du tout envoûtant comme celui-ci), il s’approche du micro et dit: « I’m in heaven… every night ». Tous les soirs monter sur scène avec des amis musiciens avec lesquels il avait fait de sacrés bouts de route, même un soir, tout le Liberation Music Orchestra avec lui sur scène, ça devait faire quelque chose.

    Etant donné le manque complet d’intérêt de tout ce qu’il a fait par la suite c’est à se demander si ce n’était pas de trop cette série de concerts en 89.

    Est-ce que tu as celui avec Geri Allen au piano?, il y a quelques bons passages dessus, de même celui avec Egberto Gismonti.

    Amicalement

    Phil

    • KMS on 22 mai 2010 at 17 h 59 min

      Oui tu m’avais également donné celui avec Geri Allen. Il est de facture plus classique je trouve, celui avec Rubalcaba a quelque chose en plus. Une dimension supplémentaire.

      Il a quelques collaborations qui sont intéressantes ensuite pour Haden. Mais c’est assez dispersé… Il vient juste de sortir un disque en duo avec Keith Jarrett, leurs retrouvailles de 2007 après des années de brouille. Pas encore écouté mais il est sur spotify :
      http://open.spotify.com/album/0EtmccIjO76693VIGKjSCM

  4. Sophie K. on 23 mai 2010 at 11 h 59 min

    Décidément, tu écris vraiment très joliment (Haden, j’aime énormément, moi itou. Me souviens de mon père me le faisant découvrir, me souviens même de sa voix quand il prononçait « Charlie Haden ». C’est bizarre, la mémoire, hein ?)
    Biz.

    • KMS on 24 mai 2010 at 17 h 38 min

      Ça reste parce que c’est un détail et ce sont souvent les détails qui restent, parce qu’ils sont la porte d’entrée vers d’autres souvenirs.

  5. puzzledoyster on 27 mai 2010 at 11 h 04 min

    coïncidence ? j’avais justement mis en écoute l’original sur mon blog il y a qq semaines…

    http://puzzledoyster.blogspot.com/2010/03/vignette-gary-peacockkeith-jarrettjack.html
    indépassable à mon avis…

    il existe aussi une version du Marcin Wasilewski Trio…

    • KMS on 27 mai 2010 at 12 h 48 min

      Ah réelle coïncidence mais c’est bien cela permet de comparer les deux versions.