616 Mes albums de la décennie #22 (Xiu Xiu)

20 décembre 2009 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

Xiu Xiu : Muppet face (Album : La forêt 2005)

Adobe Flash Player

Il y a des choses comme ça on n’y peut rien. Dès que j’entends Jamie Stewart chanter, je l’imagine en train de se lacérer la poitrine. Quelque chose dans sa voix et sa musique. Il y a une douleur incroyable dans celles-ci. On l’a impression à l’entendre chanter qu’elle suinte de tous ses pores.

La musique de Xiu-Xiu (Chiou chiou) n’est qu’un cri, parfois hurlant parfois silencieux mais un cri. Même lorsque la musique se veut apaisée et dans ces instants elle atteint des niveaux de beauté incroyable. Elle se veut le reflet de nos terreurs nocturnes infantiles, de ces instants où l’on se réveillait en sueur en appelant nos parents en hurlant. Mais pas seulement. Les chansons de Xiu-Xiu sentent la mort, le sexe, la déviance, la maladie, la dépression, le suicide, le cadavre. La chair décomposée. Elle se rapproche en cela du Nécrophile de Gabrielle Wittkop. Beauté vénéneuse et interdite.

Jamie Stewart (dont le prochain album va s’appeler Dear God I hate myself) met en musique sa douleur, familiale, personnelle, sur des rythmes brisés distordus, en mélangeant des crachouillis électroniques aux instruments acoustiques parfois de toute beauté (cette clarinette basse sur Ale), en torturant les cordes en acier de sa guitare, et sa voix, murmurante ou hurlante à en faire se dresser les cheveux sur la tête vrillent nos propres douleurs. Des chansons comme des aiguilles s’enfonçant dans nos chairs blafardes, un archet glissant malicieusement sur nos nerfs à vif. Essentiel.

Tags : ,

Catégorie : Music of my mind

Comments are closed.