677 Train roll on (Johnny Burnette)

26 avril 2010 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

Johnny Burnette : The train kept a rollin’ Album : And the rock’n roll trio 1956)

Adobe Flash Player

Le train roule laissant la mer et la plage derrière nous. Le paysage rendu flou par la vitesse du TGV défile en couleurs mélangées et en traits filés. Le train roule nous signifiant un peu plus à chaque kilomètres que le week-end est terminé.

Nantes -Paris (Photo ©KMS 2010)

Le train roule et sa vitesse empêche de profiter des paysages. Je laissais mon regard se perdre en me disant qu’avec le TGV il n’y aurait jamais eu cette vieille chanson de trains qui roulent toute la nuit, avec dans la pénombre des cabines, des histoires se nouant dans le temps éphémère du trajet.

The train kept a rollin’. Un train de nuit. Une chanson écrite il y a bien longtemps par Tiny Bradshaw (vidéo) en 1951 avec H.Kay et L.Mann. A l’origine c’est une chanson swing, c’était le style de Bradshaw, rien de très rock. C’est Johnny Burnette et ses Pirates qui popularisera vraiment la chanson en 1956 en la jouant pour la première fois de manière rock.

The train kept a rollin’ c’est l’histoire d’un type rencontrant une femme de New-York dans le train, I met a dame, She was a hipster . Elle lui plait terriblement, elle est jolie et il passe le voyage à la courtiser pour dire cela en des termes choisis (nous sommes dans les années 50) et même un peu plus. Rien d’explicite dans la chanson bien sûr mais on comprend aisément qu’il s’est passé quelque chose durant la nuit entre cet homme et cette femme, dans l‘intimité du compartiment du wagon lit, avec le balancement du train pour rythmer leurs ébats, the train kept a movin all night long

A la fin de la version de Burnette il dit très clairement Our loving was so good lorsqu’elle descend du train à El Paso (à Albuquerque il se demande si elle pense qu’il est un real gone jerk). Le voyage a été chaud on n’en doute pas une seconde à tel point qu’il ne veut plus laisser partir la fille mais c’est trop tard.

La chanson fera son chemin et sera reprise par les Yardbirds (vidéo) en 1965 sur Having a rave up qui est probablement leur meilleur album (avec Roger the engineer), en changeant légèrement les paroles. Le rythme se veut plus sec, plus carré, comparé à celui chaloupé de Johnny Burnette. La chanson perd un peu de sa puissance sexuelle, sûrement parce que pour Keith Relf l’histoire se teinte de romantisme, se basant essentiellement sur le fait que la fille s’en va avec les regrets du chanteur de la laisser partir. Les anglais remplaceront d’ailleurs Our loving was so good I just could’nt let her go par Lookin’ so good, Jack, I couldn’t let her go. Le train roule mais l’aspect de mouvement (the train kept a movin..) accompagnateur disparait et sur le quai de la gare d’El Paso, le chanteur reste bien seul.

On entend une version d’anthologie (mais moins bonne que celle de l’album) du morceau rebaptisée Stroll on (qu’ils n »hésiteront pas à signer de leurs noms) dans le Blow up d’Antonioni de 1966. D’anthologie car c’est un des rares témoignages des Yardbirds avec Jeff Beck ET Jimmy Page aux guitares. D’ailleurs Beck ne tardera pas à s’enfuir ensuite. On y voit le groupe dans un petit club balançant une version proto hard-rock du vieux classique de Bradshaw devant un public médusé. Au moment du solo de Beck, son ampli Vox commence à crachouiller ce qui l’énerve particulièrement. Il finira par frapper l’ampli avec sa guitare avant de fracasser celle-ci sur la scène et d’en jeter les morceaux brisés dans le public qui devient soudainement hystérique. C’est David Hemmings qui s’empare du manche et sort en courant de la salle pour échapper à la meute de fidèle voulant récupérer le trophée. Il finira par l’abandonner dans la rue.

Image de prévisualisation YouTube

Tout ça est bien entendu mis en scène pour le film puisque Beck y joue d’une improbable demie caisse juste là pour être brisée alors qu’il jouait habituellement sur une telecaster ou une Gibson Les Paul à cette époque.

En 74, sur leur 2ème album, Aerosmith en publia une version live (vidéo) plutôt lourde et épaisse. La bande à Tyler ne faisant pas dans la subtilité, la chanson devient expressément sexuelle, I’m in heat i’m in love à la place de With a heave and a ho, Tyler fait le fanfaron mais on a du mal à croire à sa frénésie sexuelle. La version est étirée avec des solos pas très utiles amenant à se demander si Tyler ne s’est éreinté vainement sur la fille sans arriver à jouir…

En 77, Motörhead en fit une reprise (vidéo) sur son premier album et c‘est tout de suite une autre histoire. Lemmy réduit les paroles à l’essentiel voire même moins que ça. La fille est seule, Lemmy est un mec, elle est jolie, New-York City, on n’a qu’à se laisser aller. Pas plus compliqué que ça. And the train kept a rollin’ all night long..

Mais quand on écoute cette version on sent tout de suite qu’il y a urgence dans la soif de baise de Lemmy. Il ne fait pas dans le langoureux, c’est du direct, à la hussarde debout dans la cabine et la première fois ça n’a pas dû durer longtemps, Lemmy a tout balancé direct sans préliminaires. La basse, la guitare et la batterie déboulent à fond les ballons laminant tout sur leur passage, la fille avec. Lemmy ne se lamentera pas en disant qu’il n’aurait pas dû la laisser partir. Lorsqu’elle descend du train sur le quai d’El Paso, Lemmy est déjà loin depuis longtemps pendant que Steve Tyler se pavane encore comme un coq sur le quai.

On notera également pour la petite histoire qu’Alex Chilton en fera une version très chaude (vidéo) sur son album live de 1980.

Finalement c’est la version de Burnette qui arrive le mieux à concilier l’aspect sexuel de la chanson, avec les râles du chanteur et le rythme parfaitement collé sur celui du train, se remémorant sur le quai de la gare, les instants torrides passés avec sa belle New-Yorkaise qu’il ne reverra jamais, et des guitares grinçantes comme les bogeys du vieux train traversant les Etats-Unis.

Pendant ce temps là, Ooh, the train kept a-rollin’. Toute la nuit …

Tags : , , , , , ,

Catégorie : 7 Tease, Music of my mind, Sexties

13 Responses to “ 677 Train roll on (Johnny Burnette) ”

  1. The Civil Servant on 26 avril 2010 at 11 h 38 min

    Et on n’oublierait pas légèrement la version des Dogs, comrade, sur Too Much Class ?
    Comment ?
    Je suis terriblement prévisible ?

    Heu, oui.

    • KMS on 26 avril 2010 at 11 h 52 min

      Non mais je n’ai pas listé toutes les versions parce qu’il y en a un paquet et pas toujours des bonnes… celle des Dogs n’amène rien en dehors de l’accent français même si c’est une bonne version.

  2. The Civil Servant on 26 avril 2010 at 12 h 51 min

    AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAggggggggggggggHHHHHHHHHHHHH

    Vade Retro Satanas !

  3. rock_0la on 26 avril 2010 at 14 h 26 min

    Ça donne encore plus envie de voyager en train.
    Blow Up , yeah ! paf … tu me donnes envie de le revoir.
    Jimmy Page devait l’aimer beaucoup cette chanson, je me souviens avoir lu que c’est la première que lui et ses nouveaux amis du Led Zeppelin naissant (‘New Yardbirds’, themselves)ont balancé ensemble.
    Jamais enregistré en studio, pourquoi ? pas complètement hermétiques aux reprises pourtant.
    Je l’aime bien cette version de Led Zeppelin, titre d’ouverture de leurs concerts entre 1968 et 1969. Les bootlegs que j’ai pu écouter (notamment le Whisky A Go-Go)ont un son hum … décevant.
    Tu connais un enregistrement qui vaille le détour? Merci

    • KMS on 26 avril 2010 at 15 h 59 min

      Je ne suis pas certain d’en avoir une version avec un son correct. En fait je ne me souviens pas trop, je n’écoute pas souvent (i.e jamais) les quelques bootlegs de Led Zep que j’ai en fait.
      Ça m’a donné envie de revoir Blow up aussi parce qu’au final il ne me reste que la scène avec les Yardbirds et j’ai oublié le reste (même la musique qui de mémoire était d’Herbie Hancock).

      • rock_0la on 26 avril 2010 at 16 h 19 min

        Il y a bien l’Olympia 1969 (enregistré par Europe 1) dont le son doit être, j’imagine, radiophonique mais The train kept a rollin’ faisait il partie de la setlist ? no le sé.
        Hahaha … je réécouterais le Live Bootleg autrement la prochaine fois !

        C’est décidé, me fait un mini festival Antonioni: Blow Up, Profession reporter et je m’achève avec Zabriskie Point. Y a qu’à … :))

  4. El Camino on 26 avril 2010 at 15 h 45 min

    Aaaah, un bien bel article pour une putain de chanson! Merci!

  5. mb on 26 avril 2010 at 16 h 08 min

    Excéllent !! Effectivement pour Tyler et sa bande… Je n’y avais jamais penser, mais vu comme ça… il devait être trop drogué alors la fille, c’est dans ses rêves, lol.

    • KMS on 27 avril 2010 at 9 h 08 min

      Il est possible avec Aerosniff que cela soit un problème de drogues oui. En tout cas en écoutant les versions à la suite, c’est laborieux chez Aerosmith.

      • mb on 27 avril 2010 at 21 h 40 min

        Aerosniff, lol!!! J’aime beaucoup le Hard-Rock de Aerosmith des 70’s. Laborieux, peut-être, mais c’est justement tout Aero d’époque, frustrations et défoulement, teinté d’espoir. ;)

      • mb on 27 avril 2010 at 21 h 46 min

        Et maintenant a y penser… c’est pourquoi les ados d’époque aimaient beaucoup. Parcque ce n’est surement pas un jeune garçon qui peut « chanter » (avoir vecu) ce qui est explicitement impliquer dans la première version. La jeunesse c’est souvent des evies, mais aussi beaucoup de frustrations.

  6. PdB on 26 avril 2010 at 21 h 18 min

    il y a la place, ou le rôle de la femme dans l’affaire (genrée on dit maintenant) (c’était déjà le topo avec ton article précédent)
    il y a la musique, sympathique, le mouvement pelvis elvis etc le truc avec le train est d’un convenu, mais enfin bon passons
    pour antonioni, revvoir « la nuit » une merveille, « l’éclipse » un peu sublime, et surtout « l’avventura » l’un des plus beaux films du monde européen de tous les temps (on peut y adjoindre « la strada » parce qu’on aime Fellini) (8,5 est hors compétition)
    pour blow up souviens toi des photos graphies (comme sur la tienne : si ça se trouve, dans cette ferme, là… brrr…)
    bon week end aussi, tu vois…

    • KMS on 27 avril 2010 at 9 h 09 min

      Je me souviens des photos dans Blow up oui c’est même la trame du film mais je l’ai vu il y a si longtemps…