672 Silence gâché (Early Day Miners)

12 avril 2010 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

Early Day Miners : Centralia Album : Let us garlands bring 2003)

Adobe Flash Player

C’était une journée qui aurait mérité un peu de silence. Comme ça, pour laisser aller la pensée au hasard. Une journée de silence parce que peut être avec le soleil ça l’aurait mérité. Je n’ai pas choisi. Ils ont parlé, tous, tout le temps, toute la journée. C’est ce que se passe lors de ces journées. Je n’ai pas réussi à ne pas les entendre.

J’avais pourtant encore en tête la contrebasse de Charlie Haden et le sax d’Ornette Coleman mais leurs voix brouillaient les fantômes des notes que je tentais de garder à la surface. Je regardais les nuques inexpressives, sans même chercher à deviner leurs pensées. J’essayais juste de trouver la porte du silence ou celle des rêves.

Les mauvaises blagues des consultants ringards, les choses cent fois rabâchées, cette volonté de ne plus arriver à y croire ni même surtout de faire semblant d’y croire. Visage figé, imperméable, le mutisme passe toujours pour une certaine forme de réflexion, de profondeur, il reste ça pour masquer l’ennui et l’appel de la lumière à l’extérieur, celle filtrant au travers des rideaux de tulle tendus devant les fenêtres.

Je cherchais à agripper les notes fugaces me traversant l’esprit histoire de se raccrocher à quelque chose. J’essayais comme dans les films où soudain les images se ralentissent et se brouillent pour montrer que le personnage s’évade par la pensée, quand les voix s’estompent et une musique lente et belle vient couvrir les scories sonores du monde autour. Je ne réussissais pas à m’enfuir, à m’enfermer dans une bulle, systématiquement je retombais, le regard lourd, sur leurs nuques inexpressives, agressives comme des bouches hurlantes, tordues dans un rictus.

J’ai abandonné les rêves comme on baisse les bras, j’ai pensé à l’eau des fleuves qui coule le long des berges, perdu dans la contradiction d’une lenteur désirée en attendant que le temps passe plus vite, noyé sous leur brouhaha.
C’était pourtant une journée qui aurait mérité un peu de silence…

Tags : ,

Catégorie : Ecoute s'il pleut

11 Responses to “ 672 Silence gâché (Early Day Miners) ”

  1. PdB on 12 avril 2010 at 22 h 18 min

    alors voilà la mienne, si tu veux, exactement comme cette musique : doucement, des mails pour le travail (sans réponse) d’autres pour le plaisir (oui, voilà) le joliesse du printemps, doux et frais dans le fond, j’adore ça, penser à cette Catalogne et le dire, envoyer des textos, sentir les autres, l’amour de mon amie (c’est important) et continuer, regarder le monde (l’amour de mon amie, c’est le plus important) faire deux ou trois photos, regarder le monde qui bouge, les gens qui meurent dans des accidents d’avion et me souvenir de ma mère et sa haine des polonais, revoir shoah juste en imagination (la barque qui glisse suer le Styx, le rescapé qui chante c’est tout) et penser à ma fille qui lit les noms de ceux qui y son t morts, c’est un anniversaire aujourd’hui (mais les anniversaires ne sont pourtant que pour des choses gaies et heureuses : on a changé, on commémore…) j’aime cette musique, je la laisse tourner (lundi matin, j’aime ça) je ne me décourage pas, dîner avec mon pote (mon amie dîne avec ses enfants) et plaisanter avec la serveuse, rire avec lui, parler, regarder comme le monde défile, le raccompagner jusqu’à son séminaire, garder la voiture et tenir sa droite; le jour presque éteint, les quais et la passerelle des arts, la samaritaine (tu sais comme avant hier, les quais, les îles, l’orange des lampadaires, mon manteau que je l’aide à porter, une promenade, le fleuve, l’orange des lampadaires… j’aime la nuit, tu sais KMS, et ta musique y va et c’est tant mieux, il fait doux, le printemps revient, les pétales tombent aux arbres, les feuilles et leur vert tendre, la douceur du soir, le petit piquant du froid de printemps, on se serre tu vois, il est tard, on marche, j’ai mis aussi mon manteau, il est tard, c’est Paris,la Tour d’Argent, celle de Jussieu, tout à l’heure allumée, s’est éteinte, oui, voilà il fait doux, juste comme il faut, juste assez pour se serrer, juste comme il faut…

    • KMS on 13 avril 2010 at 9 h 21 min

      Tu vois ta journée était bien mieux que la mienne.

  2. La bUze on 13 avril 2010 at 12 h 56 min

    c’est très beau les mineurs du début du jour… un peu comme les peintres de la maison rouge, d’ailleurs…

  3. Benjamin F on 13 avril 2010 at 14 h 26 min

    Toujours eu de la sympathie pour ce groupe malgré des chansons qui manquent parfois de relief.

  4. ludomatic on 13 avril 2010 at 14 h 35 min

    c’est beau dis donc…

  5. KMS on 13 avril 2010 at 15 h 10 min

    Oui c’est beau mais cela dit je préfère très nettement les deux premiers albums (celui-ci est le 2ème). Il y a de belles choses dans les suivants mais les albums sont moins homogènes et un peu inégaux (de mon point de vue)(IMHO comme on dit outre manche ou atlantique). Contrairement aux Peintres de la maison rouge où TOUT est bien.

  6. Chr. Borhen on 15 avril 2010 at 14 h 42 min

    Bande son pour orgasme, certes, propos incohérents, pas d’accord (même mineur).

    • KMS on 15 avril 2010 at 21 h 52 min

      Ce n’est quand même pas un (dés)accord majeur?

  7. Philippe De Jonckheere on 17 avril 2010 at 10 h 05 min

    En matière de « silence » (et de Charlie Haden) je présume que tu connais déjà ça?

  8. Amir Thompson on 6 juin 2010 at 6 h 11 min

    Many thanks for posting an excellent song :-)

  9. adrien P on 20 novembre 2010 at 10 h 57 min

    A 17 ans on a beau avoir des rêves pleins la tête, ceux engendrés par l’harmonie de vos mots et de la musique sont de loin les plus beaux et les plus simples