583 Vases communicants (King Crimson)

6 novembre 2009 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

King Crimson : 21st century schizoid man (Album : In the court of the crimson king 1969)

Adobe Flash Player

empreinte du chat sa griffe en terre sur ton visage ce qu’il lacère en toi ce qui du sang de cicatrices empreinte posée d’une marque tu ne t’en déferas plus ce signe de reconnaissance cette connivence même fausse empreinte ça et l’être non mais plus jamais comme sans empreinte du chat griffe d’acier griffe métal griffe aveugle tandis que là un peu plus haut plongent et fouaillent charcutent au-dedans cervelle mâchée lobes éventrés leur cri qu’ils en réclament davantage s’acharnent évident à pleines mains qu’il n’en reste rien quand s’ouvrira la porte que libérée l’ombre qui s’y glisse poison paranoïa poison du seul et des mains vides poison silence twenty first century schizoïd man ces traces de sang enchevêtrées difficile d’encore oser un pas quand ces flaques ces fils de fer barbelés trop peur de s’y engluer de s’y déchirer assis dans ton fauteuil n’en plus bouger attendre attendre sourire en coin regarder se consumer le bûcher des politiques tant de flammes tant de corps tu n’as plus que paroles pour pleurer les innocents twenty first century schizoïd man semences de mort du creux de ta paume aux tréfonds de tes entrailles derniers sillons qui vaillent et qu’on n’en parle plus puisque reine l’avidité des aveugles silence et recroqueville te tais t’oublies t’émeus t’indigne lointain de tout hors de ta portée que crèvent de faim les poètes ou qu’agonisent des gosses dans un coin de ton toi l’image et sa chanson le refrain pathos qui glisse pas de trace sinon la griffe griffe d’acier griffe de métal griffé aveugle quand rien de ce que tu as tu n’as vraiment besoin twenty first century schizoïd man

Michel Brosseau


« Tiers Livre et Scriptopolis sont à l’origine d’un projet de vases communicants: chaque premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre. Circulation horizontale pour produire des liens autrement. Ne pas écrire pour, mais écrire chez l’autre. »

Dans le cadre ce projet j’ai ouvert ma porte à Michel Brosseau, vous pouvez donc retrouver mon texte chez lui.

D’autres participants :
Petite racine et Juliette Mézenc
Annie Rioux et Philippe Maurel
Ligne de vie et Balmolok
Biffures Chroniques et L’arbre à palabres
Enfantissages et La méduse et le renard
Tentatives et Brigitte Célérier
Pierre Ménard et Joachim Séné

Tags : ,

Catégorie : Music of my mind, Sexties

Comments are closed.