567 Les samedis musicaux #4 (Serge Teyssot-Gay)

10 octobre 2009 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

Serge Teyssot-Gay : Les gens d’ici (Album : On croit qu’on en est sorti 2000)

Adobe Flash Player

« D’un bout du monde à l’autre, d’un bout à l’autre du temps, rien que des hommes qui tournent en rond, gardiens et gardés, qui s’emplissent et qui se vident, ils ne savent pas pourquoi on les a fichus là, ils s’imaginent qu’ils payent pour une faute, que c’est à cause du bon dieu, ils n’osent pas s’avouer que c’est à cause de rien du tout. »

C’est en 1940 que George Hyvernaud fut fait prisonnier et interné dans un Oflag en Poméranie, un de ces camps de prisonniers destinés aux officiers. Il en sera libéré en 1945. Il y a aura passé presque 5 ans. C’est de cette rude expérience qu’Hyvernaud en tirera ses carnets d’oflag et La peau et les os, ce terrible récit qui sortira en 1949 mais restera longtemps ignoré. Ce n’est qu’après sa mort en 83, à la réédition de ses oeuvres qu’on prendra la réelle mesure de ce texte.

Livre sur l’(in)humain, la condition humaine bafouée, l’horreur quotidienne, la folie, et le retour à la vie, la « normale » qui ne l’est plus, celle d’avant. La peau et les os coupe le souffle autant par son style incisif que par le récit.
C’est ce récit au rythme sec que met parfaitement en musique Serge Teyssot-Gay (guitariste de Noir Désir doit-on le préciser?). Des boucles rythmiques, des guitares, des nappes de synthés, sur des ambiances variées Teyssot-Gay arrive parfois à angoisser autant avec sa musique que par le texte qu’il récite. Disque fort que l’on peut ranger sur bien des aspects à coté e ceux d’Arnaud Michniak.
On plonge ici dans l’aliénation, dans l’odeur rance de l’humain entassé, dans la dignité effacée sur des rythmiques trainantes comme le pas des prisonniers tournant en rond ou attendant leur tour devant le baraquement des chiottes.

(On peut noter que le tableau sur la pochette est l’oeuvre de Paul Bloas, un peintre graphiste Brestois, qui peint principalement sur des affiches géantes des corps fantômes, collées ensuite sur les murs des villes sur lesquels elles vieillissent petit à petit.)

Tags : ,

Catégorie : Samedis Musicaux

Comments are closed.