645 S.O.D. #29 (Baxter Dury)

11 février 2010 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

Baxter Dury : Beneath the underdog (Album : Len Parrot’s Memorial Lift 2002)

Adobe Flash Player

En Angleterre on peut voir actuellement Sex and drugs and rock’n roll, un film racontant la vie plus ou moins mouvementée de Ian Dury. Je ne sais même pas si le film parviendra seulement jusqu’à nos écrans.

Le film tire son nom d’un single resté dans les annales pour son hymne parfait au rock’n roll, Sex and drugs and rock’n roll sorti par Dury et ses Blockheads en 1977. Etrangement le single n’eut pas trop de succès à sa sortie. Mais avec un titre pareil et un tel riff, la chanson devient culte immédiatement. On finira même par l’entendre à la radio française. Je me souviens l’avoir découvert comme cela, même si par la lecture de Best et Rock & Folk j’en connaissais l’existence. Fin 78 début 79, on usait le 45T en mimant les riffs de guitare devant le jukebox du café près de la fac où j’y suivais mes cours à distance …

C’est pour cela que j’avais acheté New boots and panties à sa sortie, mais malheureusement, Sex and drugs and rock’n roll ne figurait pas dessus (il fut ajouté ensuite, dans une seconde édition). La chanson qui ouvrait la première face, Wake up, and make love with me, où Ian Dury nous y racontait ses érections matinales, fit un tube énorme en france un peu plus tard.

Sur la pochette de New boots and panties, on y voit Ian Dury adossée contre une vitrine avec à sa droite un petit gosse avec un air décidé, les mains enfoncées dans les poches de son pantalon tenu par des bretelles.

Ce n’est qu’en 2002 que j’ai appris que le gosse à ses cotés était Baxter, son propre fils. En 2002, avec la sortie de Len Parrot’s memorial lift de Baxter Dury, son premier album et son père était mort depuis déjà deux ans. Sur ce disque aussi discret que remarquable on trouve cette merveilleuse chanson. Même si leurs musiques respectives n’ont pas de rapport, entre les notes je n’ai jamais pu m’empêcher d’y entendre le fantôme muet de son père.

La chanson a tourné dans mon esprit tout le long de cette journée molle. On ne saura jamais pourquoi certaines chansons se réveillent comme ça un matin. Celle-ci a toujours eu le pouvoir de m’apaiser et gommer le monde extérieur. Peut être parce que de ses ailes de velours tombe une poussière légère au parfum d’instants perdus.

Tags : , , , ,

Catégorie : Song of the day

8 Responses to “ 645 S.O.D. #29 (Baxter Dury) ”

  1. yosemite. on 11 février 2010 at 23 h 30 min

    je m’étais toujours vaguement demandé si c’était bien lui, à côté de son père.
    Chose faite.

    Baxter Dury a sorti deux grands disques en catimini mais ce premier album a été pour moi une vraie révélation.

    il paraît qu’il ne va pas bien.
    par les temps qui courent, ça fait frissonner.

  2. PdB on 12 février 2010 at 0 h 08 min

    j’adore ça… t’as raison, y’a quelque chose du velours, du satin, de quelque chose de doux en tout cas, sans doute assez foncé, quelque part vers la nuit, j’aime bien la batterie, les cymbales, j’aime bien le son, c’est une chanson qui ressemble à ce temps trop froid ce soir dans les rues, trop froid pour marcher tu vois, mais tant pis, je l’ai raccompagnée en voiture tout à l’heure et on s’en fout du froid, mais il fait encore beau, il fait bien beau et comme le printemps approche, on ira se promener sur les quais, ou aux Tuileries, je suis allé boire un verre à midi à l’hôtel que fréquentait mon grand père dans les années 30, Regina à côté de la statue de Jeanne d’Arc où on tape le kir à 12, faut pas s’emmerder la vie, j’ai regardé la neige qui tombait, les voitures et les taxis sur la rue de Rivoli, j’ai repris le métro, fait un autoportrait au changement de Châtelet, mis chez FB sur son PJ et puis ce n’est pas une journée pour rien

    • KMS on 12 février 2010 at 9 h 11 min

      Alors en même temps le velours c’était aussi pour faire une allusion au fait que dans la chanson suivante il chante un bout de Oh sweet nuthin du Velvet Underground (velvet < => velours). Hum… parfois ça ne pas chercher plus loin que ça.

  3. Dorham on 13 février 2010 at 2 h 24 min

    En effet, c’est remarquable, peut-être un peu filandreux, mais remarquable tout de même. C’est très bien « produit » qui plus est, avec un son à la fois cristallin et ténébreux. Vous dérangez, je passe…enchanté…

    • KMS on 13 février 2010 at 17 h 17 min

      C’est un très beau premier album. J’avais moins aimé le 2ème. On verra si il y en a un 3ème un jour.

  4. ladyboy on 18 février 2010 at 22 h 12 min

    P… ça fait 4 ans que j’essaye de me rappeler le nom et l’auteur de ce album qu’une copine me faisait écouter à l’époque !!! Je l’avais trouvé magnifique (le premier, le second pas encore écouté) !

    Merci !!!

    Ps (vraiment)

  5. wize on 26 décembre 2010 at 19 h 31 min

    Superbe album poussé très fortement et justement par Radio Nova à sa sortie !!!
    Déjà 2002… Merci pour la pikure de rappel ////\\\\
    w