455 Enveloppes (Hot Chip with Robert Wyatt and Geese)

12 janvier 2009 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

    (455)
Hot Chip with Robert Wyatt and Geese : We’re Looking For A Lot Of Love (Album : …With Robert Wyatt And Geese EP 2008)

Ca rend rageur parfois. On se sent impuissant. Cette incapacité à retranscrire des sensations, émotions. A les transformer. Ou c’est le quotidien qui les dilue entre le moment où on les ressent et c’est souvent cinétique, dans la voiture, les images autour en mouvement, avec la musique, sans la musique il n’y a plus grand chose qui existe. Le mouvement des morceaux de ville qui défilent sous les yeux, sans voir, juste à écouter et ça va toujours bien avec les notes, ces morceaux de ville, toujours les mêmes, alors que la musique elle, change.

Il faudrait peut être filmer. Prendre ce qu’on ne peut pas créer. Le montrer. Montrer que des mêmes morceaux de ville en mouvement, des morceaux flous, on passe plus ou moins vite, le regard est ailleurs de toute manière il ne voit pas, juste la ville immobile en mouvement parce que nous, nous, on bouge, que des mêmes morceaux de ville en mouvement sont ressentis différemment suivant la musique entendue, suivant les pensées, suivant le flou plus ou moins prononcé. Aussi, le flou, c’est parce que la pensée elle est ailleurs. Ca ne dure jamais bien longtemps. C’est comme un flash. Un jour là, le lendemain plus loin. Ou sur le chemin du retour dans l’autre sens le soir. Jamais pareil.

Retranscrire ça, en émotions assimilables, l’instant qui dure, quoi, 10, 20 ou 30 secondes rarement plus. L’instant où ça colle. Où ça s’emboîte. Les morceaux de ville en mouvement flou, la musique et les pensées qui sont ailleurs forcément ailleurs. Retranscrire ça en quelques mots, phrases ou dessins ou image ou… Donner un titre correspondant à l’heure. Emotions de 8h42 devant l’usine grise de retraitement des métaux usagés. Emotions de 8h21 devant la station Esso aux lumières bleues et rouges rendues floues par la pluie. Dans des petites enveloppes. On ouvre on ressent tout ça et même le passage de musique qui va avec. Dix secondes. Peut être vingt. Rarement plus en fait. Une bouffée.

Tags :

Catégorie : Music of my mind

Comments are closed.