491 Je me souviens #8 (The Human League)

1 avril 2009 Par KMS
Imprimer cette note Imprimer cette note

The Human League : Don’t you want me baby (Album : Dare 1981)

Je me souviens des synthés de Human League sur Don’t you want me. La chanson passait tout le temps pendant sur Carbone 14, back in 1982.

C’était la folie des radios libres. Comme des gosses qu’on lâche dans la cour de récré après une interro difficile. Ca partait dans tous les sens. Ca n’allait pas durer très longtemps ce coté potache bon enfant, en attendant il fallait en profiter. Mitterrand avait ouvert les vannes et tout le monde s’engouffrait dans la brèche.

On avait soudain l’impression illusoire que l’on pouvait tout raconter, tout écouter, sur cette bande FM. On ne disait pas radios libres pour rien. Ca balançait de sacrés coups de pompes dans le cul des anciennes radios de la bande AM bien établies. Musicalement, ça tenait du fantasme de Radio Caroline. On entendait d’un seul coup, tout ce que l’on n’entendait pas avant. Ca partait dans tous les sens. Ecouter ça, c’était déjà en faire partie.

Carbone 14 était à part. La radio qui vous encule par les oreilles. Tout était dans le slogan. Les trois piliers étaient Jean Yves Lafesse, David Grossexe et Super Nana. Son émission passait la nuit, à partir de 23h ou minuit, l’horaire s’est perdu dans la nuit des temps. Poubelle night. Forcément il n’y a que les gens de la région Parisienne pour s’en souvenir. A l’époque les radios FM ne portaient pas très loin.

C’était insolent, impertinent, vulgaire, (très) sexuel, de mauvais goût et bordélique à souhait. On n’avait jamais entendu ça à la radio. Ca bousculait toutes les conventions. Tous les tarés de la capitale appelaient la radio après minuit. Ca tournait vite au graveleux, avec acte sexuel (simulé)(???)(pas écouté l’émission ce jour là) en direct, sodomisation (fictive)(??) de chien, on en passe… (des extraits)

On écoutait ça tard, jusqu’à pas d’heure dans la nuit, sur la petite radio. 3h voire 4h parfois. La musique était bonne, très marquée pop synthétique du début des 80’s, OMD, Human League etc.

Forcément, il ne fallait pas rêver, ça n’allait pas continuer longtemps comme ça. Ca a duré un an. Fin 82 début 83 ça a commencé à se gâter. Une nouvelle loi a été votée. L’attribution des fréquences règlementées et la pub interdite. Tout ce qu’il fallait pour étrangler les radios les plus « libres ». Ils ont commencé à se faire brouiller (comme d’autres d’ailleurs). Il fallait orienter la radio dans tous les sens, ou la mettre en hauteur, pour atténuer le sifflement pénible du brouillage. Malgré tout on écoutait toujours.

Et puis ça n’a pas raté, à l’été 1983, le matériel de Carbone 14 est détruit par la police. L’aventure s’arrêtera là.
Mais dés que j’entends le séquenceur d’intro de ce morceau tellement associé à cette radio, je me souviens de ces émissions et des nuits passés à les écouter.

Tags : ,

Catégorie : 1981, I live in the 80's, Je me souviens

Comments are closed.