Sunn o))) : CandleGoat (Album : Black one 2005)

Ce disque fait peur. Vraiment. Le 2ème morceau, It took the night to believe, fout la trouille. Il doit éveiller quelque part des frayeurs ancestrales enfouies qui semblent se réveiller et ramper de la cave dans un suintement atroce. L'écoute dans le noir à un bon volume sonore garantit quelques froides angoisses, avec la sensation que ça ne s'arrêtera jamais.

La voix gutturale sortie des profondeurs de l'enfer qui parsème ce disque d'un "chant" (si, si) forcément d'outre-tombe, participe aussi à l'ambiance sépulcrale de cet album qui ne s'appelle pas Black one pour rien. Le livret est d'ailleurs une merveille dans le genre puisque quasiment entièrement noir à l'intérieur.

Rien d'agressif chez Sunn o))), tout est dans la menace sourde et rampante. Une lame de fond tellurique gonflée aux infra basses qui broie l'intérieur, traversée de feedbacks acérés. C'est une puissance sonore qui transperce le corps. Le tout d'une lenteur à la limite de l'exaspération jusqu'à à atteindre le point de rupture juste avant les (rares) changements d'accords. Le pouvoir délassant de ces drones métalliques est surprenant, et donne l'impression parfois de se faire aspirer le cerveau par un détraqueur (pour ceux qui ont lu/vu Harry Potter...) ou de glisser lentement vers le coté obscur de la force.

L'écoute d'un disque de Sunn o))) ne rendra jamais la sensation de danger ressentie en concert à moins de 10m de la scène quand tout le corps vibre de l'intérieur à en disloquer le squelette. La musique de Sunn o))) se ressent plus qu'elle ne s'explique.

Sunn o))) a également collaboré avec le trio Japonais Boris en 2006 sur l'excellent Altar qui méritera qu'on y abandonne un peu d'acuité auditive.

Libellés :